Le ministre des Finances Moshe Kahlon a rencontré à plusieurs reprises son homologue palestinien Shukri Bishara ces dernières semaines pour négocier un plan pour stimuler l’aide économique aux Palestiniens, selon une information de dimanche.

Kahlon devrait à présent apporter une foule de nouvelles initiatives au Premier ministre Benjamin Netanyahu pour approbation dans les prochains jours, a annoncé la Dixième chaîne.

Le plan est le résultat d’une séries de réunions entre des hauts fonctionnaires israéliens et palestiniens des ministères des Finances, pendant ces derniers mois, malgré la vague de violence dans la rue. La dernière réunion bilatérale des fonctionnaires des Finances a eu lieu la semaine dernière.

La proposition se concentre sur des industries de la connaissance comme la santé et la high-tech, ainsi que sur l’expansion de l’intégration économique israélo-palestinienne dans le secteur de la construction.

Des fonctionnaires en Israël ont déclaré que la mesure est conçue en partie comme un geste envers l’administration Obama, après la promesse de Netanyahu faite au président américain Barack Obama en novembre dernier d’intensifier les efforts pour revigorer l’économie palestinienne.

Mais elle est également perçue en Israël comme une clef pour diminuer les tensions des derniers mois dans un contexte d’échec des négociations de paix et d’une vague d’attaques terroristes palestiniennes depuis le mois d’octobre.

Dans le cadre du nouveau plan, les médecins palestiniens devraient être invités à se former dans les hôpitaux israéliens, particulièrement dans les domaines pertinents de la récente vague de violence, qui a fait 166 morts Palestiniens, dont les deux tiers étaient des attaquants tentant de tuer des Israéliens au moment de leurs morts, et 31 morts Israéliens, dont trois personnes ayant une double nationalité.

Dans ce qui pourrait être une stimulation significative du secteur technologique palestinien, Kahlon devrait également proposer de nouvelles opportunités d’études et de stages pour les entrepreneurs et les ingénieurs palestiniens dans l’industrie high-tech israélienne, leader mondial.

Les compagnies de construction palestiniennes et les promoteurs seront aussi autorisés à agir en Israël, étendant l’accès au marché israélien de la situation actuelle, où seuls les ouvriers à la journée palestiniens sont autorisés à travailler en Israël pour des entreprises israéliennes.

Il n’y pas eu de confirmation palestinienne immédiate de cette initiative.

Les Palestiniens et d’autres ont souligné que les politiques israéliennes en Cisjordanie et à Gaza contribuaient au fort taux de chômage et à une croissance économique quasi stagnante.

Un rapport du FMI publié en début de mois montre que la croissance économique pour les Palestiniens en Cisjordanie a diminué à 2,8 % en 2015, et devrait probablement rester sous les 3 % cette année.

L’AFP a contribué à cet article.