Les soldats de Tsahal ont informé les Palestiniens samedi de l’intention d’Israël de confisquer 3 176 hectares (12 852 dounams de terres) situées aux alentours de Beit Iksa à des fins militaires, ont annoncé les médias palestiniens.

Les habitants de Beit Iksa ont confié à l’agence de presse palestinienne Maan que des soldats ont distribué le décret à un point de passage, signé par le chef du commandement central de Tsahal, le général Nitzan Alon.

Le décret donne aux résidents jusqu’à fin 2017 pour quitter les terres en question. Les soldats auraient informé les habitants de Beit Iksa qu’une liaison de Tsahal viendrait lundi détailler la liste des parcelles de terres qui seraient confisquées.

Le chef du conseil du village Beit Iksa, Saada al-Khatib, a déclaré à Maan que les responsables israéliens ont déclaré que la décision de confiscation a déjà été communiquée en 2012, et qu’il ne s’agissait que d’un rappel.

L’article de Maan contient des photos présumées de l’ordre, ainsi que des cartes délimitant les zones à exproprier.

Le bureau du porte-parole de Tsahal n’a pas voulu commenter ce rapport.

Beit Iksa se trouve dans la zone B entre le quartier de Jérusalem de Ramot et de Mevasseret Zion. Il compte environ 1 700 habitants.

Le village est une zone sensible pour plusieurs raisons. Il est situé à moins d’un kilomètre de la route 1, l’artère principale reliant Jérusalem à Tel Aviv.

En outre, il est entouré de terres achetées par des Juifs avant la création de l’Etat, et saisies par la Jordanie en 1948 pendant la guerre d’Indépendance d’Israël.

En 2009, Beit Iksa perdu 20 dounams suite au projet de train à grande vitesse en cours de construction de Jérusalem à Tel Aviv.