Une série de rencontres entre des hauts responsables palestiniens et israéliens a récemment conduit à des mesures importantes prises par les deux parties visant à désamorcer les tensions israélo-palestiniennes, et pourraient mener à la reprise des négociations, selon un haut fonctionnaire.
 
Des contacts secrets entre des personnalités de haut niveau, représentant respectivement le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, ont lieu depuis plusieurs mois et se poursuivent, bien que les pourparlers de paix officiels stagnent depuis plus d’un an.

En Israël, le Bureau du Premier ministre a démenti l’information. Les tentatives pour obtenir une réponse du négociateur en chef palestinien Saeb Erekat ont été infructueuses.

Les sources indiquent que les deux parties ont pris un certain nombre de mesures au cours des trois derniers mois, y compris, de la part d’Israël, un ralentissement de la construction dans les implantations, dans une tentative de calmer la situation à la lumière de l’instabilité se répandant à travers le Moyen-Orient.

Les mesures ont été prises « non dans le cadre d’un accord, mais dans celui d’une réévaluation de la situation dans la région », a déclaré un responsable palestinien.

Les gestes palestiniens ont inclus l’arrêt, pour le moment, des demandes d’adhérer aux organismes des Nations unies et d’autres organismes internationaux pour reconnaître l’Etat palestinien.

Les autorités israéliennes ont ralenti la construction des implantations en Cisjordanie et ont augmenté le nombre delivrés aux Palestiniens de Cisjordanie pour prier sur le mont du Temple pendant le mois de Ramadan dans le but de faire preuve d’une réelle volonté d’améliorer les liens.

« Chaque partie comprend les besoins de l’autre, » a déclaré une source au Times of Israel.

Alors que la construction israélienne en Cisjordanie a continué, de nouveaux permis pour les futurs plans de construction sont bloqués depuis des mois.

Une source israélienne définit la hausse de la construction comme une « croissance naturelle » mais rien au-delà.

Certaines sources israéliennes ont attribué le ralentissement aux préoccupations sur la scène internationale et non pas à des accords avec l’Autorité palestinienne, même si on ne sait pas si elles étaient toutes au courant des contacts secrets entre Israël et l’Autorité palestinienne.

Les dirigeants des résidents des implantations ont accusé lundi Netanyahu de geler la construction et d’avoir dit dans une réunion du Likud à huis-clos qu’il y a à prendre en considération les pressions internationales. Le Likud a démenti l’allégation.

De hauts responsables palestiniens ont dit que des gestes supplémentaires visant à améliorer la confiance entre Netanyahu et Abbas et entre Israël et l’Autorité palestinienne seraient bientôt prises.

Entre autres, il est prévu qu’un ministre israélien de haut rang rencontre un responsable important de l’OLP et du Fatah à l’étranger, à la fin de la semaine prochaine.

L’AP s’attend également à ce qu’Israël débloque certains plans économiques pour la zone C de la Cisjordanie (qui est sous contrôle israélien). La réunification des familles palestiniennes et des permis pour que l’appareil de sécurité palestinien puisse acheter plus d’armes sont apparemment aussi soumis à discussion.