Le gouvernement israélien a réaffirmé jeudi ses fortes objections à un projet français de conférence internationale pour relancer l’effort de paix avec les Palestiniens, et a offert à la place une reprise immédiate de négociations bilatérales sans condition préalable.

« Israël reste fidèle à sa position selon laquelle la meilleure voie de parvenir à une solution du conflit entre Israël et les Palestiniens passe par des négociations directes et bilatérales », a dit le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

« Israël est disposé à les engager immédiatement sans condition préalable. Toute autre initiative politique éloigne les Palestiniens de la table des négociations directes », a-t-il dit.

Cette déclaration intervient une semaine après l’annonce par le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault que Paris organiserait le 30 mai une réunion ministérielle qui pourrait, en cas de succès, préluder à une conférence internationale.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki avait de son côté salué l’annonce par Paris de la tenue de cette réunion ministérielle.

Le ministre de l'Autorité palestinienne des Affaires étrangères Riyad al-Maliki (Crédit : Issam Rimawi / Flash90 / File)

Le ministre de l’Autorité palestinienne des Affaires étrangères Riyad al-Maliki (Crédit : Issam Rimawi / Flash90 / File)

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait relancé en juillet 2013 un processus de dialogue israélo-palestinien totalement moribond à l’époque. Mais son initiative avait capoté en avril 2014, notamment en raison de la poursuite de la colonisation israélienne que Washington juge « illégitime ».