Israël a refusé d’autoriser le passage des 3 futurs ministres palestiniens de la bande de Gaza, qui devaient participer lundi à Ramallah en Cisjordanie à la présentation du nouveau gouvernement, a annoncé dimanche la radio publique israélienne.

Interrogés par l’AFP, des porte-paroles du ministère de la Défense et du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont refusé de démentir ou de confirmer cette information.

Selon la radio, le chef de l’administration militaire dans les Territoires palestiniens, le général Yoav Mordehaï a fait savoir à l’Autorité palestinienne qu’il refusait de donner l’autorisation à ces futurs ministres de Gaza de se rendre en Cisjordanie.

Mahmoud Abbas a affirmé samedi que le futur gouvernement composé de personnalités indépendantes serait annoncé lundi, après un retard de plusieurs jours sur l’échéance fixée.

« Le gouvernement de consensus composé de technocrates indépendants sera présenté lundi », a déclaré le président Abbas.

« Les ministres ne seront pas membres du Fatah », le mouvement dirigé par Abbas, « ni du Hamas », au pouvoir dans la bande de Gaza, a-t-il précisé.

Abbas a ajouté que « la partie israélienne a annoncé qu’elle boycotterait ce gouvernement », sans donner d’autres détails.

Israël avait dénoncé l’accord de réconciliation conclu entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et le Hamas islamiste qu’il considère comme une organisation « terroriste ».

L’OLP, dominée par le Fatah, et le Hamas ont signé le 23 avril cet accord pour mettre fin à la division politique depuis 2007 entre la Cisjordanie, dont l’Autorité palestinienne administre les zones autonomes, et la bande de Gaza.

Le prochain gouvernement sans mandat politique sera chargé d’organiser des élections dans un délai de six mois.

Jeudi, M. Abbas avait officiellement désigné son Premier ministre Rami Hamdallah pour conduire le futur gouvernement, en accord avec le Hamas.