La Cour suprême israélienne a rejeté jeudi l’appel d’une Française condamnée en Israël avec son compagnon israélien à la prison à vie pour le meurtre de sa fillette Rose en 2008, selon des sources judiciaires.

L’affaire de la « petite Rose » avait suscité l’émoi en Israël et en France lorsque le corps de la fillette, âgée de quatre ans, avait été retrouvé dans les eaux boueuses de la rivière Hayarkon, à Tel Aviv, le 11 septembre 2008.

La plus haute instance judiciaire israélienne a rejeté l’appel de Marie-Charlotte Renaud et celui de son compagnon Ronny Ron, lui aussi condamné à la prison à vie lors d’un procès en 2011.

« Ils ont choisi de se débarrasser de Rose en provoquant sa mort et en dissimulant son corps », a indiqué la Cour suprême dans ses attendus.

Rose était née d’une première union de Marie-Charlotte Renaud avec le fils de Ronny Ron.

Après sa condamnation, Ronny Ron avait accusé Mme Renaud d’avoir tué la fillette et avait dit n’avoir fait que l’aider à jeter le corps dans la rivière.

Ronny Ron a changé plusieurs fois sa version des faits.

Après avoir vécu en France avec son père, Rose avait été confiée en 2007 par un tribunal français à la garde de sa mère.

Ronny Ron, un chauffeur de taxi, a eu avec Mme Renaud, sa cadette de 22 ans, deux petites filles qui ont été placées par les services sociaux le jour de l’arrestation de leurs parents.