Israël a rejeté vendredi soir « en l’état » une proposition transmise par le secrétaire d’Etat américain John Kerry d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, a indiqué la télévision publique israélienne.

« Le cabinet de sécurité a rejeté à l’unanimité la proposition de cessez-le-feu, en l’état, du secrétaire d’Etat américain John Kerry », a précisé la chaîne de télévision qui a ajouté que les membres du cabinet allaient continuer à en discuter.

Les espoirs d’arracher une « trêve humanitaire » entre Israël et le Hamas semblaient grandir vendredi soir, malgré une poursuite des combats meurtriers dans la bande de Gaza et une situation très tendue en Cisjordanie.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui s’est entretenu au Caire avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon et son homologue égyptien Sameh Choukry, devait s’exprimer dans la soirée.

M. Kerry a transmis aux Israéliens une proposition de cessez-le-feu examinée par le cabinet de sécurité réuni autour du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le cabinet s’est interrompu en début de soirée pour demander des aménagements sur certains aspects, selon la radio publique israélienne.

Autre pomme de discorde : le maintien du déploiement de l’armée israélienne durant cette trêve dans la bande de Gaza, où ses soldats sont entrés le 17 juillet avec l’objectif de détruire le potentiel militaire du Hamas.

« Ce qui se dessine, serait une trêve humanitaire de sept jours pour permettre à toutes les parties de venir discuter au Caire », avait expliqué à l’AFP un proche de Mahmoud Abbas.

Mais sous couvert d’anonymat, un diplomate occidental avait mis en garde contre tout optimisme prématuré : « Les Israéliens ne veulent pas qu’on leur impose une quelconque condition, et le Hamas, échaudé par des expériences précédentes, a le sentiment qu’il lui en faut ».