Israël va cesser de couper le courant alimentant des villes palestiniennes en raison de facture impayées, et envisage à la place de déduire certaines sommes des taxes palestiniennes retenues par l’Etat hébreu, a indiqué jeudi un responsable israélien.

S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, ce responsable a indiqué qu’Israël allait prélever près de 60 millions de shekels (13,5 millions d’euros) « chaque mois sur les montants que nous détenons » afin d’éviter toute augmentation des sommes dues par les Palestiniens pour la fourniture d’électricité.

Israël a gelé en janvier le versement de 106 millions d’euros de taxes collectées pour le compte de l’Autorité palestinienne en représailles à l’adhésion des Palestiniens à la Cour pénale internationale (CPI).

Mercredi, la compagnie israélienne d’électricité a coupé le courant à Jénine et Naplouse, les deux grandes villes du nord de la Cisjordanie, pour « alléger » la facture que l’Autorité palestinienne rechigne à payer.

Jénine et Naplouse avaient déjà été plongées dans le noir pendant 45 minutes lundi.

La compagnie israélienne réclame de longue date aux Palestiniens de régler la facture pour l’électricité fournie à la Cisjordanie et à Jérusalem Est, estimant que la dette cumulée atteint deux milliards de shekels, soit environ 450 millions d’euros.

Le responsable israélien a souligné que les sommes prélevées sur les impôts non versés aux Palestiniens ne visaient pas à épurer la dette mais à empêcher qu’elle augmente.

Par ailleurs, selon la même source, Israël va connecter une ville nouvelle palestinienne inhabitée au réseau d’eau.

« Pour Rawabi, il y a un feu vert » pour « connecter l’eau« , a indiqué le responsable, après que le chef des opérations militaires israéliennes en Cisjordanie, le général Yoav Mordechaï, a indiqué qu’il autoriserait ce raccord.