L’aviation israélienne a mené tôt samedi un raid sur le sud de la bande de Gaza, le premier depuis la guerre de juillet-août, quelques heures après un tir de roquette venu de l’enclave palestinienne, ont indiqué l’armée israélienne et des témoins.

Selon le ministère de la Santé à Gaza, l’attaque n’a pas fait de blessés.

L’armée israélienne a affirmé viser « des infrastructures du Hamas », le mouvement terroriste qui rechigne à laisser les clés du pouvoir à Gaza au gouvernement d’union palestinien né de la réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Le porte-parole de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Peter Lerner, a indiqué dans un communiqué que « l’organisation terroriste du Hamas est responsable de l’attaque contre Israël et qu’elle devra rendre des comptes à son sujet ».

En fin de journée, Ismaïl Haniyeh, dirigeant du Hamas et ancien Premier ministre du mouvement terroriste à Gaza, a dénoncé le raid israélien, y voyant « une violation dangereuse de l’accord de cessez-le-feu » conclu le 26 août entre Israéliens et Palestiniens au Caire.

Il a en outre appelé devant la presse l’Egypte à « intervenir d’urgence » pour qu’Israël respecte cet accord qui avait mis fin à 50 jours de guerre ayant fait près de 2.200 morts côté palestinien, en majorité des civils, et 73 côté israélien, la plupart des soldats.

Vendredi, un tir de roquette provenant de Gaza avait atteint un terrain vague dans le sud d’Israël, sans causer de dégâts matériels ni de victimes, selon la police israélienne. Ce tir est le troisième depuis la fin des combats de l’été.

Samedi, dans un incident séparé, la marine israélienne a dit avoir procédé à des tirs de sommation après que deux bateaux de pêche gazaouis ont franchi la limite des six milles nautiques.