Une commission du Parlement israélien, réunie lundi, s’est inquiétée de la montée des incidents antisémites en Europe lors des manifestations pro-palestiniennes de solidarité avec la bande de Gaza.

« Israël est inquiet de l’augmentation des incidents antisémites dans le monde et condamne la violence physique et verbale des manifestations pro-palestiniennes », affirme un communiqué de la commission parlementaire pour la diaspora juive.

Des ambassadeurs et diplomates en poste en Israël représentant 10 pays de l’Union européenne étaient présents à cette réunion spéciale dont le but était « d’alerter sur la situation des juifs d’Europe ».

« Le rôle des gouvernements européens est de protéger les communautés juives et de laisser ceux qui veulent exprimer leur soutien à Israël le faire en toute liberté », a estimé un représentant du ministère des Affaires étrangères israélien, Akiva Tor.

Le premier secrétaire de l’ambassade de France en Israël, Jean-Marie Druette, cité dans le communiqué israélien en hébreu, a affirmé que « la France n’a aucune tolérance envers l’antisémitisme et que toute attaque contre des juifs français est une attaque contre la France entière ».

De son côté, l’ambassadeur des Pays-Bas, Caspar Veldkmap a estimé qu' »il est interdit d’importer le conflit israélo-palestinien en Europe ».

Le président de la commission parlementaire, le député Yoel Razbozov a toutefois reconnu que beaucoup de pays européens, notamment la France et l’Allemagne, « prenaient au sérieux les incidents antisémites dans les manifestations pro-palestiniennes sur leur territoire ».

Plusieurs actes antisémites ont émaillé des manifestations de solidarité avec le peuple palestinien ces derniers jours à Paris et en banlieue parisienne.

« Les juifs en France ne doivent pas avoir peur. Or, beaucoup d’entre eux ont peur à cause de toute une série de manifestations d’antisémitisme », avait déclaré le chef de la diplomatie française Laurent Fabius jeudi dernier à la radio France inter.