L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié lundi un rapport qui montre que les charges fiscales qui pèsent sur les salariés israéliens sont considérablement moins élevées que celles de la plupart des autres pays de l’OCDE.

Les charges fiscales ont baissé en Israël au cours des dernières années alors qu’elles ont augmenté dans 25 des 34 pays de l’organisation.

Malgré la réputation d’Israël d’être un pays où les taxes sont élevées, le rapport « Taxing Wages 2014 » montre que les salariés paient moins d’impôts que les habitants des autres pays de l’OCDE.

Par exemple, un couple israélien avec deux enfants, qui touche un salaire mensuel moyen (un membre du couple touchant
100 % et le second 67 % du salaire moyen dans le secteur privé) payera 14,3 % d’impôts sur le revenu, charges sociales comprises.

Ce taux est en outre compensé par des avantages tels que des allocations pour enfants à charge ou la couverture de l’assurance maladie.

Le taux d’imposition global en Israël est inférieur de près de moitié à la moyenne de 31,2 % des pays de l’OCDE. Les pays où le quotient familial est le plus élevé sont en Europe : 48,7 % en Belgique, entre 40 et 45 % en France, en Allemagne, en Italie et en Autriche.

Aux Etats-Unis, une famille paie en moyenne 26,7 % d’impôts sur le revenu.

Les autres profils de contribuables israéliens paient également peu de taxes. Un célibataire gagnant 67% du salaire moyen mensuel de 9 277,50 shekels (1929,76 euros) paie 13,9 % d’impôt sur le revenu et de charges sociales (en fonction des bénéfices).

Les charges sont relativement faibles pour un célibataire qui gagne
167 % du salaire moyen et paie 29,5 % d’impôts sur le revenu, alors que la moyenne de l’OCDE est de 40,3 % (et plus de 50 % en Belgique).

Les charges fiscales des salariés israéliens ont baissé depuis 2001 et cela concerne toutes les tranches de revenus.

Mais elles ont baissé encore plus pour les salariés gagnant plus que le salaire moyen.

Les charges fiscales ont augmenté dans 25 pays de l’OCDE et ont baissé dans neuf autres depuis 2010, une proportion inverse aux mouvements observés entre 2007 et 2010.