Le professeur Ariel Munitz, du département de microbiologie de la faculté de médecine de Tel-Aviv, accompagné de plusieurs de ses doctorants, a découvert qu’une protéine particulière permet l’aggravation de maladies respiratoires telles que l’asthme et des allergies.

Cette étude met en lumière la corrélation entre la protéine et le développement de ces pathologies.

La neutralisation de cette protéine pourrait ainsi permettre de remédier au développement de ces symptômes.

L’étude à été publiée (en ligne) le 4 juin 2015 avant d’être imprimée le 29 juin dernier par l’Académie nationale américaine des sciences (PNAS).

La protéine IL-4 (Interleukine 4) est une protéine du système immunitaire qui, si elle est produite de manière excessive par l’organisme, peut créer des réactions allergiques.

Les recherches du professeur Munitz dévoile les liens entre la protéine IL-4, qui aurait une répercussion sur les allergies et des maladies respiratoires, et la protéine CD300f, qui permettrait l’activité de la première.

Les deux protéines fonctionneraient ensemble, la destruction de la CD300F permettrait d’anéantir la production de l’IL-4.

Les résultats de l’étude témoigne qu' »au meilleur de notre connaissance, c’est le premier rapport qui met en lumière un récepteur supplémentaire qui sert à amplifier la voie de signalisation l’IL-4. »

Comme l’explique l’étude : « Les données nous fournissent de nouveaux éclaircissements sur les mécanismes moléculaires qui gouvernent le régulateur IL-4, et permettent d’élaborer de nouveaux traitements thérapeutiques qui ciblent la protéine IL-4 et permettent de lutter contre l’asthme et les allergies. »