Israël est arrivé en troisième place du classement de l’indice trimestriel Spampionship League, qui classe les pays selon le nombre de spams, e-mails non sollicités, qui sont transférés par habitant.

Le classement d’Israël a grimpé de quatre places depuis la dernière fois. Sophos, une société de sécurité informatique, a publié le classement le 17 avril dernier.

L’article de loi « CAN-SPAM Act » de 2003 définit le « spam » comme l’envoi massif de messages anonymes et non sollicités.

Ces e-mails peuvent contenir des publicités, des logiciels malveillants, des liens vers des sites de phishing et autres phénomènes indésirables comme par exemple l’impossibilité de se désinscrire et l’absence d’une adresse de renvoi.

Cliquer sur le lien de désabonnement qui apparaît dans certains messages de spam est l’assurance d’en recevoir encore davantage, explique Sophos.

Environ 50 milliards de spams sont envoyés chaque jour, selon Yahoo Mail. La plus grande partie est interceptée avant d’atteindre la boîte de réception du destinataire, « bloquée », soit sur le fournisseur du service Internet de l’utilisateur ou bien envoyée dans l’onglet spam.

Mais il y en a suffisamment qui passent à travers pour rendre ce phénomène extrêmement désagréable. Beaucoup de ces messages peuvent contenir des liens qui installent des logiciels malveillants ou des virus sur l’ordinateur de l’utilisateur.

La seule présence de ces messages dans la boîte de réception augmente sensiblement le danger qu’on clique dessus, a ajouté Sophos.

Même si le spam n’était qu’une nuisance, il n’en demeurerait pas moins très coûteux déclare Sophos. Les compagnies dépensent plus de 20 milliards par an pour se protéger du spam, sans compter les coûts associés au ralentissement du débit du à un trafic excessif.

Selon Incapsula, une firme de cyber-sécurité, plus de 60 % du trafic Internet provient de robots, des programmes utilisés par les spammeurs qui transfèrent automatiquement les messages indésirables.

Les spammeurs du monde entier regroupent leurs messages malveillants sur des réseaux d’ordinateurs et de serveurs, qui peuvent se trouver dans leur pays d’origine, avant de les redistribuer.

Environ 50 milliards de spam sont envoyés chaque jour, selon Yahoo Mail

Les « Cyber escrocs » n’envoient pas leur propre
spam : cela leur reviendrait cher et il serait facile de remonter jusqu’à eux et de faire appliquer les lois qui existent, a déclaré Paul Ducklin, un expert de Sophos.

Donc ils préfèrent impliquer des tiers innocents comme vous et moi, vos amis et votre famille pour envoyer des spams à leur place.

Les Cyber-escrocs, dit-il, utilisent des ordinateurs infectés par le logiciel malveillant, comme un outil de télécommande pour les robots de spams, plus connus sous le nom de Bots ou Zombies, qui multiplient les e-mails indésirables et illégaux en leurs noms.

C’est vous qui finissez par payer pour la bande passante tout en contribuant au risque et à la mauvaise place de votre pays dans le classement des pays par spam.

Un rang élevé indique que les serveurs et les ordinateurs individuels ne sont pas protégés, a déclaré Sophos.

Les spammeurs « adoptent » des ordinateurs dans leurs réseaux de robots de spams lorsque des utilisateurs installent par inadvertance des logiciels malveillants sur leurs ordinateurs en cliquant sur les liens suspects, qu’ils obtiennent ironiquement dans les messages de spam.

Cela semble être ce qui est arrivé en Israël, a déclaré Sophos.

La présence du pays sur la liste de ceux dont la population possède un des plus forts taux de spams envoyés par habitant ne signifie pas que le pays a été envahi par une armée de spammeurs, mais qu’il existe un grand nombre d’ordinateurs infectés en Israël, utilisés par des spammeurs installés dans d’autres pays.

Trop peu de gens utilisent des systèmes anti-malware et anti-virus efficaces, et les spammeurs ont le champ libre pour utiliser les ordinateurs israéliens sous-protégés.

Les ordinateurs aux États-Unis sont ceux qui envoient de loin, le plus grand nombre de spams.

Les compagnies dépensent plus de 20 milliards par an pour se protéger du spam

Plus de 16 % de tous les spams envoyés le sont par des ordinateurs et des serveurs aux États-Unis, ce qui représente plus de trois fois la quantité envoyée par l’Espagne qui est classée en deuxième place.

En termes de chiffres, Israël contribue seulement à 0,9 % du nombre de spams envoyés mondialement, dit Sophos.

C’est parce qu’Israël est un petit pays, avec moins d’ordinateurs que les principaux pays diffuseurs de spams : les États-Unis, la Russie, l’Italie, la Chine et l’Allemagne.

Pour les petits pays, comme Israël, l’indice de faible sécurité anti-spam est basé sur le nombre de messages envoyés par rapport au nombre d’habitants.

Avec ce critère, Israël est très mal placé, il est devancé seulement par le Bélarusse et l’Uruguay. Les ordinateurs israéliens relayent en moyenne trois fois plus de spams que les ordinateurs américains, selon Sophos.

Le fait qu’Israël, un puissant pôle technologique du Moyen-Orient figure en si bonne place dans l’indice « Spampionship League » est « la plus grande surprise » des résultats de Sophos, dit Ducklin.

Les ordinateurs israéliens se trouvent sans conteste sur une spirale de retard qui les place en 12ème position dans l’indice de spam par habitant, au 3ème trimestre 2013, 7ème au 4ème trimestre et 3ème dans le dernier classement.

« Avec une population relativement faible, la contribution d’Israël en volume est énorme (29ème place avec 0,9 % du spam mondial), mais ce résultat par habitant, plus de 3 fois le taux des États-Unis qui servent de référence, n’est pas assez bon », déclare Ducklin.

« C’est étonnant si on considère le succès d’Israël en tant qu’incubateur de start-up depuis une vingtaine d’années, dont nombre de compagnies liées à la sécurité informatique », ajoute-t-il.

« Cela va peut-être inciter les utilisateurs d’ordinateurs en Israël à vérifier si leurs ordinateurs sont infectés par des malwares ? Cela les aiderait certainement eux-mêmes mais également tous les autres ».