Selon des sources diplomatiques de Jérusalem, le gouvernement israélien a décidé mardi de durcir les conditions de vie d’environ un millier de membres du Hamas qui purgent une peine dans les prisons israéliennes, dans le but d’accroître la pression sur le groupe terroriste pour libérer les trois adolescents israéliens enlevés.

La chasse à l’homme pour Eyal Yifrach, 19 ans, Naftali Frankel, 16 ans, et Gil-ad Shaar, 16 ans, et leurs ravisseurs entre dans son sixième jour mercredi et Jérusalem est à la recherche de mesures supplémentaires pour sévir contre le Hamas, à la fois militairement et diplomatiquement.

Mise à part une campagne d’arrestations en Cisjordanie, le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a également été autorisé à aggraver les conditions de vie des membres du Hamas dans les prisons israéliennes.

Dimanche, Jérusalem a décidé d’annuler les visites pour les prisonniers palestiniens, l’une des nombreuses mesures visant à mettre la pression sur les Palestiniens.

Près de 200 membres de l’organisation ont été arrêtés au cours des cinq derniers jours.

Un porte-parole du Service pénitentiaire d’Israël a indiqué que la mesure s’appliquerait à environ un millier de prisonniers, mais n’a pas précisé quelles mesures supplémentaires seraient désormais imposées aux prisonniers du Hamas.

Jérusalem réfléchira à des mesures supplémentaires pour miner le groupe terroriste lors d’une autre réunion du cabinet de sécurité, mais aucune date n’a encore été fixée pour le débat.

Alors que l’armée israélienne continuera sa chasse à l’homme sur le terrain, le gouvernement israélien lance un effort diplomatique visant à délégitimer le gouvernement palestinien d’union nationale aux yeux de la communauté internationale, ont ajouté les sources.

« Nous voyons encore de l’incitation dans les médias officiels et les établissements d’enseignement de l’Autorité palestinienne, y compris des appels et la glorification des attaques terroristes et les enlèvements », ont indiqué les sources, ajoutant qu’Israël tient toujours le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas responsable du sort des adolescents israéliens enlevés.

Cependant, les fonctionnaires ont déclaré que la coordination de la sécurité avec les forces de l’AP dans la chasse à l’homme était constructive. Les fonctionnaires de Ramallah ont signalé que la participation du Hamas dans l’enlèvement pourrait mettre en péril le pacte d’unité avec le Fatah.

Les trois adolescents ont été enlevés jeudi dernier en Cisjordanie. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le Hamas était responsable de l’enlèvement, des allégations démenties par le porte-parole du groupe terroriste basé à Gaza.