Israël va expulser l’épouse d’un des deux terroristes Palestiniens de la synagogue de Har Nof, qui a coûté la vie à quatre rabbins et un policier druze à Jérusalem, en lui retirant son permis de séjour, a annoncé mercredi le ministère de l’Intérieur.

« Le ministre de l’Intérieur Gilad Erdan a décidé de retirer le permis de séjour en Israël de Nadia Abu Jamal, l’épouse d’un terroriste qui a commis cet attentat (le 18 novembre) et qui a été ensuite éliminé », a précisé un communiqué du ministère.

Cette Palestinienne « séjournait en Israël grâce aux dispositions prévues dans le cadre de la réunification des familles, elle devra quitter Israël et tous ses droits sociaux lui seront retirés », a poursuivi le communiqué.

« Tous ceux qui sont impliqués dans le terrorisme doivent prendre en compte le fait que cela aura des répercussions sur les membres de leur famille », a également prévenu le ministre.

Les deux auteurs de l’attentat, qui étaient cousins, vivaient à Jérusalem-Est. Ayant un statut de résident, ils disposaient d’une carte d’identité israélienne.

La « réunification des familles » évoquée par le communiqué porte sur les permissions accordées par les autorités israéliennes aux maris ou épouses palestiniennes originaires de Cisjordanie ou de la bande de Gaza, qui n’ont pas le droit de séjourner en Israël, de venir s’installer auprès de leur conjoint notamment à Jérusalem-Est.

Les deux cousins, Uday et Ghassan Abu Jamal, armés de hachoirs et d’un pistolet, ont tué quatre rabbins et un policier avant d’être abattus. Il s’agissait de l’attaque la plus meurtrière et la première contre un lieu de culte juif à Jérusalem depuis 2008. Elle a avivé les craintes que les violences ne prennent un redoutable tour confessionnel.

Les services de sécurité israéliens ont détruit la semaine dernière à l’explosif dans un quartier de Jérusalem-Est l’appartement d’Abdelrahmane Shaludi terroriste à la voiture bélier en octobre qui avait fait deux morts avant d’être tué.

Les familles des deux cousins Abu Jamal auraient dû recevoir l’avis de destruction de leur maison jeudi dernier. Cependant, leurs domiciles n’ont pas encore été démolis. Le gouvernement israélien n’a pas non plus rendu les dépouilles des deux cousins aux familles.

Nadia Abu Jamal sera expulsée vers les Territoires contrôlés par l’Autorité palestinienne, d’où elle est originaire, annonce la Deuxième chaîne.

Les habitants de Jérusalem-Est ont des papiers israéliens qui leur permettent de se déplacer librement dans la ville et de profiter des mêmes droits sociaux que les citoyens israéliens.

Le groupe de défense des droits de l’Homme BTselem a vivement critiqué la décision d’expulser Abu Jamal.

« Nous dénonçons cette mesure. C’est un abus de pouvoir et une forme de punition collective », s’insurge la porte-parole Sarit Michaeli. « Elle n’est accusé d’aucun crime, et révoquer son statut de résident signifie qu’elle sera bannie de sa maison et qu’elle se retrouvera hors de la ville où elle a l’habitude de vivre ».

« Les droits de séjour et sociaux… ne sont pas des cadeaux ou des faveurs que les autorités accordent et qu’elle peut retirer à tout moment. Ils font partie des aspects essentiels à l’existence des personnes », ajoute Michaeli.

Ces mesures punitives sont aussi décriées par la communauté internationale. La semaine dernière, Le porte-parole du Département d’Etat américain, Jeff Rathke, a soutenu que les démolitions « étaient contreproductives dans un contexte déjà tendu ».

« C’est une pratique, je souhaite le rappeler, que le gouvernement israélien, lui-même, a abandonné, en reconnaissant ses conséquences [négatives] », a-t-il ajouté.

Dimanche, Erdan a révoqué le permis de séjour d’un homme de Jérusalem-Est qui a conduit l’auteur d’un attentat suicide sur les lieux de son crime en 2001. Cette attaque avait coûté la vie à 21 Israéliens.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a annoncé qu’il ferait voter un projet de loi qui annulerait le permis de séjour de tous les résidents de Jérusalem-Est qui inciteraient à la haine contre Israël. Une version préliminaire de ce projet a été présentée mardi par le député Yariv Levin.

L’AFP a contribué à cet article.