Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné mercredi une série de mesures à la suite de trois attaques sanglantes par des Palestiniens la veille, y compris la réparation des trous dans la barrière de sécurité près de Jérusalem, des peines plus sévères pour ceux qui aident les Palestiniens à entrer illégalement en Israël, et la fermeture des médias palestiniens qui diffusent des incitations à la violence.

Deux des trois Palestiniens qui ont mené les attaques d’hier n’avaient pas d’autorisation d’être en Israël. Le troisième était un résident de Jérusalem Est.

Netanyahu a convoqué une réunion de sécurité d’urgence tard mardi soir à son bureau de Jérusalem à la suite des attaques, qui ont tué une personne et blessé une douzaine d’autres. Le ministre de la Défense Moshe Yaalon, le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, et le chef de la police israélienne Roni Alsheich ont assisté à la réunion, avec des représentants de l’armée israélienne et des services de sécurité du Shin Bet.

Comme mesure immédiate, la décision de fermer les trous de la barrière de sécurité par lesquels des Palestiniens peuvent entrer depuis la Cisjordanie dans les régions autour de Jérusalem a été prise. De plus, les travaux pour finir la construction de la barrière de sécurité dans la région de Tarkumiya, au sud des hauteurs de Hébron, vont être accélérés.

La réunion a également décidé de pousser une législation pour augmenter les peines de ceux qui aident les Palestiniens à entrer en Israël sans permis. De plus, les autorités annuleraient beaucoup de permis de travail et de commerce existants qui ont été délivrés à des Palestiniens, dont des dizaines de milliers viennent chaque jour de Cisjordanie pour travailler en Israël.

Les chaînes palestiniennes qui incitent à la violence vont également être fermées. Selon un article de Haaretz, les officiels du ministère de la Défense vont décider à quels médias palestiniens s’appliquent ces mesures.

La police a estimé qu’il n’y avait pas de coordination entre les attaques du 8 mars, et a déclaré que leurs auteurs avaient agi seuls, comme dans la série de récents incidents.

En réponse aux attaques, les troupes de l’armée ont fermé deux villages de Cisjordanie tard mardi, qui seraient les foyers de deux des attaquants.

Les villages palestiniens de Zawiya et Hajjah ont été fermés « suite à une évaluation de la situation et à la lumière des récentes attaques terroristes, » a déclaré l’armée.

Zawiya, située à l’intérieur de la Cisjordanie près de la ville israélienne de Rosh HaAyin, est la ville natale d’Abed el-Rahman Mahmoud Radad, le Palestinien de 18 ans qui a attaqué un homme à Petah Tikva.

L’armée a également bloqué le village palestinien de Hajjah, situé entre Naplouse et Qalqilya, qui semble être le village natal de Bashar Massalha, 22 ans, qui a mené les attaques au couteau de Jaffa.

De plus, les forces de sécurité sont entrées dans le quartier d’Issawiya de Jérusalem Est, la ville natale d’un autre assaillant qui a ouvert le feu sur des policiers devant la Vieille Ville.

A la suite des incidents de mardi, la police a augmenté sa présence dans les villes du pays et appelé le public à rester vigilant.

Au total, 29 Israéliens et quatre ressortissants étrangers ont été assassinés pendant la vague de terrorisme palestinien et de violence depuis octobre. Quelques 180 Palestiniens ont également été tués – les deux tiers pendant qu’ils attaquaient des Israéliens, et les autres pendant des affrontements avec les troupes, selon l’armée israélienne.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.