Ivanka Trump, la fille du président américain Donald Trump, a salué dimanche les milliers de contre manifestants qui ont défilé à Boston en réponse à la manifestation de la « liberté d’expression » de l’extrême droite.

Environ 15 000 contre-manifestants ont entouré samedi à Boston un petit groupe de suprémacistes blancs qui ont défilé une semaine après qu’une manifestation similaire à Charlottesville, en Virginie, a dégénéré en violences. La manifestation s’est dispersée au bout d’une heure environ et les manifestants ont été encadrés par la police pour quitter les lieux.

« C’était vraiment beau de voir des milliers de personnes à travers les Etats-Unis se rassembler aujourd’hui pour dénoncer pacifiquement la bigoterie, le racisme et l’antisémitisme », a déclaré Ivanka Trump samedi soir. Dans un second tweet, elle a ajouté : « Nous devons continuer à nous rassembler, à être unis en tant qu’Américains ! »

Son tweet est intervenu quelques heures après que son père, le président, a tweeté de son compte personnel Twitter : « Je veux applaudir les nombreux manifestants à Boston qui se sont exprimés contre la bigoterie et la haine. Notre pays sera bientôt rassemblé ! »

Les manifestants de samedi étaient pacifiques, pour la plupart.

Ivanka Trump a tweeté une réponse aux violences de la semaine dernière à Charlottesville, écrivant de son compte Twitter personnel : « Il ne devrait pas y avoir de place dans notre société pour le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis ».

Ivanka Trump, qui est conseillère de son père à la Maison Blanche, s’est convertie au judaïsme en 2008 avant son mariage avec Jared Kushner, qui est également un conseiller proche de Donald Trump.

Le chef de la police de Boston, William Evans, a déclaré que 27 personnes ont été arrêtées samedi – la plupart pour trouble à l’ordre public, mais aussi pour quelques agressions contre des officiers de police. Les manifestants ont jeté des bouteilles, de l’urine et des pierres contre des officiers de police à la fin de l’après-midi, selon la police.

La Coalition de la Liberté d’Expression de Boston, qui organisait l’événement, a déclaré qu’elle n’avait rien à voir avec le nationalisme blanc ou le racisme, selon l’Associated Press. La coalition a déclaré qu’elle n’était pas liée aux organisateurs de la manifestation de Charlottesville.