WASHINGTON – Les Juifs de France sont déterminés à rester dans leur pays, a déclaré le Secrétaire américain au trésor Jacob Lew après avoir rencontré les dirigeants de la communauté à Paris.

« J’ai entendu un réel désir de rester en France et d’avoir un endroit en France où ils se sentent en sécurité », a déclaré Lew aux journalistes de médias juifs lors d’une conférence téléphonique mardi depuis la Pologne où il participait à une commémoration du 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz.

Les remarques de Lew sont arrivées dans le contexte d’une polémique après un appel du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour inciter les Juifs français à immigrer en Israël à la suite de l’attaque de terroristes islamistes sur un supermarché casher dans Paris qui a fait quatre morts. L’Aliyah a augmenté depuis la France ces dernières années, et les dirigeants politiques français ont appelé les Juifs du pays à rester.

Lew n’a pas mentionné l’appel de Netanyahu dans la conférence téléphonique, mais il a déclaré que sa conversation lundi avec les dirigents juifs a démontré une intention forte de rester en France.

Parmi ceux qu’il a rencontré, on trouvait le président du Consistoire cenral israélite de France, Joël Mergui et le grand rabbin de France, Haim Korsia.

« C’était le mélange d’une grande tristesse pour les pertes qu’ils ont subies, mais aussi de profondes convictions sur l’importance des valeurs auxquelles ils croient en France et auxquelles nous croyons aux Etats-Unis », a-t-il déclaré.

Ron Dermer, l’ambassadeur israélien aux Etats-Unis, dans un discours dimanche a défendu la visite de Netanyahu en France après l’attaque et son appel aux Juifs de France.

« Je suis vraiment fier que mon Premier ministre ait clairement expliqué à tous les juifs français que s’ils ont le droit d’être protégés en France, ils seront accueillis à bras ouverts en Israël », a déclaré Dermer en Floride à un gala de soutien à Israël.

Lew, le membre juif le plus expérimenté du Cabinet de Barack Obama, a conduit la délégation américaine aux commémorations d’Auschwitz. Obama, dans une déclaration marquant l’anniversaire, a tiré des parallèles avec les attaques de Paris.

« Les récentes attaques terroristes à Paris servent d’un douloureux rappel de notre obligation à condamner et à combattre l’antisémitisme sous toutes ses formes, y compris le négationisme ou la banalisation de l’Holocauste », a-t-il déclaré.

Lise Monaco, l’assistante d’Obama pour l’anti-terrorisme, a rencontré mercredi des officiels français pour discuter de l’amélioration de la coopération entre les Etats-Unis et la France dans le sillage des attaques terroristes.

Un certain nombre d’officiels du Cabinet et de législateurs des deux partis ont aussi publié des déclarations commémorant l’anniversaire d’Auschwitz. A la Chambre de Représentant, les républicains Ileana Ros-Lehtinen (R-Fla.) et Ted Deutch (D-Fla.), des membres importants du sous-comité de mid-ouest à la Chambre, ont introduit une résolution non contraignante pour marquer l’anniversaire et aussi pour noter l’attaque de Paris.