JTA — Demandez à l’actrice Maggie Wheeler ce que son personnage le plus iconique – il s’agirait de Hosenstein Litman Goralnik dans “Friends” — dirait au sujet de son “rôle » actuel en tant que chef de chœur, eh bien :

“Oh.Mon Dieu,” dit-elle – entonnant sa typique réplique avec sa célèbre voix nasale.

Comme cela arrive malgré tout, la voix de Wheeler ne ressemble en rien à son personnage braillard et touchant de “Friends”.

“La musique a nourri mon âme », dit Wheeler, 55 ans, à JTA. “J’ai toujours adoré la musique gospel et spirituelle et la musique d’Afrique”.

Wheeler est fondatrice et directrice du chœur communautaire Golden Bridge, un choeur inclusif, où on entre sans audition préalable.

Golden Bridge est membre du Réseau Ubuntu Choirs, une organisation internationale rassemblant des chorales socialement engagées, qui proclame que “chanter est un droit de l’homme essentiel acquis dès la naissance” et qu’ensemble, les individus, indépendamment de leur milieu musical, peuvent aider à améliorer le monde en joignant leur voix au cours d’une chanson.

Ubuntu, explique Wheeler, est un terme sud-Africain qui signifie “gentillesse humaine”.

“L’esprit d’Ubuntu, c’est partager un lien”, dit-elle. “A un niveau personnel, le chœur communautaire du Golden Bridge a pour objectif de connecter les gens en unissant leurs voix dans une seule chanson. »

C’est une idéologie qui résonne profondément chez Wheeler. Citant un extrait du livre de Simon Jacobson, “Toward a Meaningful Life: The Wisdom of the Rebbe Menachem Mendel Schneerson,” Wheeler note que “tout être humain, homme et femme, a été créé dans le même dessein : fusionner les corps et les âmes afin de faire de lui-même et de son monde un endroit meilleur et plus sacré ».

Wheeler, née Margaret Jakobson, a été élevée au sein d’un foyer juif laïque à Manhattan.

“Mes frères et soeurs et moi-même avons été élevés dans une maison créative, remplie d’influences éclectiques”, raconte-t-elle.

Et il est vrai son chœur reflète cet état de fait. En plus du gospel, les interprètes reprennent des chansons et des rythmes venus du monde entier, dont l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Sud, l’Australie et l’Asie. (Les bénéfices issus des concerts donnés par la chorale servent à soutenir des orphelinats en Afrique du sud).

‘Tout être humain a été créé pour fusionner les corps et les âmes pour faire de lui-même et du monde un endroit meilleur et plus sacré’

L’une des chansons du répertoire habituel du chœur est “The Contemplation Chant,” écrit par Sophia Roberts, alias Sophia Songhealer. Selon Wheeler, il s’agit d’un psaume édifiant, spirituel qui condense les paroles et les mélodies issues de cinq religions : le Judaïsme, le Christianisme, l’Islam, le Bouddhisme et l’Hindouisme.

“Mais je ne sélectionne pas des chansons sur la base d’une quelconque religion”, affirme-t-elle. « Je parcours le monde pour trouver une musique qui vienne me frapper à un certain niveau émotionnel, qui me touche le cœur ».

“La musique offre l’opportunité aux gens de se rassembler et de créer quelque chose de beau”, ajoute-t-elle. “Quand cela survient, il y a une profonde connexion qui s’établit. Le pouvoir de la chanson est transformationnel”.

Bien sûr, ce qui a été aussi transformationnel dans la vie de Wheeler a été le lancement du rôle de Janice dans “Friends,” qu’elle a tenu dans 19 épisodes au cours des 10 années de durée de la série. Wheeler confie à JTA qu’elle “ne s’imaginait pas” que ce personnage aurait un tel impact.

“Quand vous êtes au milieu des choses, quand vous tournez, vous ne réfléchissez pas comme ça, tout simplement”, dit-elle. “Je suis seulement ravie que les auteurs et notre public l’aient tellement appréciée”.

Maggie Wheeler dirige la chorale, en 2013. (Crédit: autorisation de Wheeler/JTA)

Maggie Wheeler dirige la chorale, en 2013. (Crédit: autorisation de Wheeler/JTA)

“Janice a été très bonne pour moi”, continue Wheeler. « Je suis si heureuse que les gens se soient sentis liés à elle ».

Mais tandis que ce sont ses oeuvres cinématographiques et télévisuelles qui ont fait sa renommée – elle a aussi joué dans “Everybody Loves Raymond” et “Californication,” entre autres – ce travail n’est que l’un des aspects qui permettent à Wheeler de se connecter aux autres. La chanson, son amour de toujours, en est un autre.

Elle chante depuis l’âge de sept ans, lorsque ses parents ont commencé à l’envoyer à Camp Killooleet, dans le Vermont. Propriété du frère du chanteur de folk légendaire Pete Seeger, John, Wheeler explique que ce camp l’a inspirée.

‘S’asseoir autour d’un feu de camp et chanter des chansons a eu un goût de paradis pour moi »

“S’asseoir autour d’un feu de camp et chanter des chansons a eu un goût de paradis pour moi”, se souvient-elle.

Vers l’âge de 20 ans, Wheeler s’est passionnée pour la musique a-cappella, après sa rencontre avec l’ensemble choral Sweet Honey in the Rock tandis qu’elle était en quête d’un refuge où s’abriter face à l’orage durant un festival de musique en plein air. Recueillie sous la tente du groupe, Wheeler et d’autres ont été présentés à la puissance de ce genre musical.

“C’est un moment qui a changé ma vie”, se rappelle-t-elle. « L’énergie sous cette tente n’a fait qu’augmenter et augmenter encore. C’était comme si le toit lui-même s’élevait. C’est à ce moment-là que j’ai ressenti pour la première fois ce que pouvait réaliser le pouvoir de la chanson ».

Wheeler et certains amis ont donc fondé un groupe de chanteurs a-cappella à New York, sous le nom de Sons and Daughters. Mais Wheeler a du quitter le groupe en raison de sa carrière d’actrice qui la ramenait inévitablement vers Los Angeles.

“Ce vide dans ma vie m’a fait emprunter le chemin sur lequel je me trouve maintenant”, raconte-t-elle.

(Toutefois, même à Hollywood, des occasions lui ont été données de se livrer à sa passion – comme lorsque son ami, l’acteur David Duchovny, lui a demandé d’arranger et de chanter une version a-cappella de of “Michael, Row the Boat Ashore” pour un épisode de “ X-Files.”)

David Duchovny au Comic Con International de San Diego 2013. (Crédit : Gage Skidmore/Wikimedia commons)

David Duchovny au Comic Con International de San Diego 2013. (Crédit : Gage Skidmore/Wikimedia commons)

Ne nous y trompons pas cependant : Wheeler est encore une actrice passionnée par son métier.

“Etre une actrice professionnelle, c’est un peu la même chose que d’être une joueuse professionnelle », explique-t-elle. « J’adore mon métier, mais je n’ai aucun contrôle sur le moment où je vais jouer. Ma carrière entière ressemble à des montagnes russes. Ce qui me nourrit aussi, c’est mon autre activité créative – ma musique ».

En plus du Golden Bridge, Wheeler et le co-fondateur du chœur Emile Hassan Dyer enseignent dans des ateliers musicaux, “Singing in the Stream,” avec pour objectif d’ “ouvrir les coeurs et nous rapprocher pour comprendre nos connections interpersonnelles et globales”, dit-elle.

‘Etre une actrice professionnelle, c’est comme être une joueuse professionnelle”

Wheeler est mariée avec son époux Daniel — un sculpteur distingué par des prix, qui montre une affinité avec les objets et les espaces cérémoniaux – depuis 26 ans.

“En tant que couple, nous sommes tous les deux impliqués et investis dans la création d’espace pour que les gens puissant s’exprimer”, dit-elle fièrement. « Lui avec son art et moi avec ma musique ».

Ils sont également parents de deux filles, âgées de 16 et 21 ans.

Wheeler est assurément une femme qui incarne bien plus de choses que l’on peut en voir (ou entendre). Elle n’a pas seulement une double facette — chanteuse et actrice – mais elle encourage aussi de manière active les autres à suivre leurs propres rêves et parcours à leur propre rythme.

“J’adore cette citation de Balzac qui m’a été faite à un moment important de ma vie”, dit Wheeler. “’Les vocations que nous avons voulu poursuivre, en vain, saignent comme des couleurs sur notre existence entière ».