Le haut-conseiller à la Maison Blanche Jared Kushner devrait se rendre cette semaine au Moyen Orient pour rencontrer des responsables israéliens et palestiniens lors d’une initiative de promotion des efforts de paix du président américain Donald Trump.

La Maison Blanche a indiqué dimanche que Kushner, qui est également le gendre de Trump, voyagera avec l’envoyé spécial Jason Greenblatt pour rencontrer séparément le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas au cours des prochains jours pour débattre de « leurs priorités et des prochaines étapes potentielles », a déclaré un responsable de la Maison Blanche au Times of Israël.

« Il est important de rappeler que forger un accord de paix historique prendra du temps et que, dans la mesure où il y aura des progrès, il est probable qu’il y aura de nombreuses visites de de M. Kushner et de M. Greenblatt, parfois ensemble et parfois séparément, dans la région, et potentiellement aussi de nombreux déplacements des négociateurs israéliens et palestiniens à Washington ou ailleurs, le temps de poursuivre des pourparlers substantiels », a expliqué ce haut responsable.

Greenblatt devrait arriver lundi dans la région, suivi de Kushner mercredi.

L'envoyé spécial de Trump, Jason Greenblatt, à Ramallah, le 14 mars 2017. (Crédit : Flash90)

L’envoyé spécial de Trump, Jason Greenblatt, à Ramallah, le 14 mars 2017. (Crédit : Flash90)

« Alors même que nous œuvrons en coulisses pour faire avancer des négociations directes et bilatérales entre les parties, nous continuerons à communiquer avec les parties concernées dans toute la région, a ajouté le responsable, pour rappeler à tous que la paix est possible et pour démontrer les nombreux bénéfices positifs qui émergeraient de négociations réussies. »

Le responsable a poursuivi en disant que les deux hommes « continueront les conversations » avec les dirigeants israéliens et palestiniens, suite à leur voyage du mois dernier avec le président lui-même, qui a rencontré Netanyahu, Abbas et plusieurs autres responsables dans sa quête de « l’ultime accord ».

Kushner et Greenblatt ont été chargés par Trump de relancer le processus de paix et ont indiqué que le président avancerait rapidement sur ce sujet.

La Maison Blanche a indiqué dimanche qu’aucune percée significative n’était attendue mais que « le président a demandé à certains de ses conseillers les plus fiables de mener les efforts de paix. »

« Le président Trump a établi clairement que travailler à réaliser un accord de paix durable entre Israéliens et Palestiniens est une importante priorité pour lui, a dit le responsable de la Maison Blanche. Il croit fermement que la paix est possible. »

Jared Kushner, à gauche, conseiller du président américain, au mur Occidental avec Donald Trump, à Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Jared Kushner, à gauche, conseiller du président américain, au mur Occidental avec Donald Trump, à Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Trump, dans un discours déterminant prononcé au musée d’Israël lors de la dernière journée de sa visite dans la région, a poussé les Israéliens et les Palestiniens à se saisir d’une paix jusqu’à présent hors d’atteinte, appelant les deux parties à mettre de côté les « douleurs et les désaccords du passé ».

Kushner a été l’un des acteurs essentiels du voyage de Trump en Israël et en Cisjordanie les 22 et 23 mai, un déplacement qualifié de réussite par la Maison Blanche.

Concluant le voyage du mois dernier, un responsable de la Maison Blanche avait annoncé que les Etats-Unis œuvreraient à construire des relations fortes au Moyen Orient entre Israël et ses voisins arabes, ce qui créerait l’élan pour la conclusion d’un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Le responsable avait indiqué à ce moment que « la première étape [vers la paix ; …] est de créer des relations qui seront chaleureuses et fortes en privé et de les rendre davantage publiques, puis d’établir une gamme de principes communs auxquels tout le monde veut obéir. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.