Dans un communiqué de presse datant du 9 mars, Jean-Marie Le Pen a dénoncé le traitement réservé à sa fille, Marine Le Pen, et à sa petite-fille, Marion Maréchal Le Pen par le Crif.

A l’occasion du 31e dîner du Crif, Roger Cukierman a tenu à souligner la dangerosité du parti d’extrême droite et de sa réthorique.

« Un autre symptôme de cette maladie française est la progression impressionnante, insupportable du Front National dont les propositions démagogiques sont dangereuses pour la France. Le Front National joue sur les peurs et les angoisses de notre temps pour grossir ses rangs, tout comme ses ancêtres avaient joué, dans les années 1930 et 1940, sur les peurs et les angoisses de la défaite. Derrière un nettoyage de façade, c’est dans ce parti que l’on trouve les nostalgiques de Pétain, de Vichy et de leur idéologie, » a déclaré le président du Crif.

Ainsi, selon ses propos, le changement des représentants du Front National ne signifie pas un changement de politique pour autant.

« Nous, Français juifs, avons gardé un souvenir douloureux de cette période. Nous devons être exemplaires et sans faille dans le rejet des héritières de Jean-Marie Le Pen, » a-t-il ajouté.

Dans son communiqué, Jean-Maris Le Pen n’a pas manqué de souligner que ces déclarations étaient en légère opposition avec celles tenues il y a maintenant un an sur Europe 1.

« Je crois que nous sommes tous conscients dans le monde juif que, derrière Marine Le Pen, qui est irréprochable personnellement, il y a tous les négationnistes, tous les vichystes, tous les pétainistes et donc pour nous, le Front national est un parti à éviter », avait alors déclaré Cukierman.

Jean-Marie Le Pen a ainsi déclaré que de tels propos relevés d’un « racisme biologique ».

 » L’action d’attribuer les tares supposées des parents aux enfants, afin de les exclure de l’ordre social naturel et régulier en les discriminant, me semble une assez bonne définition de ce racisme biologique habituellement condamné en France, » conclut l’ancien président du FN dans son communiqué.