Le chef du parti du Labour britannique, Jeremy Corbyn, s’est rendu sur le site de l’ancien camp de concentration nazi de Theresienstadt durant son voyage en République tchèque le week-end dernier.

Il a évoqué sa visite sur son compte Twitter : « Hier, je me suis rendu au mémorial de Terezi, un camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale et ancien ghetto juif. N’oublions jamais. »

Corbyn avait fait l’objet d’une dénonciation par les députés britanniques du Home Affairs Select Committee, qui l’avait accusé de ne pas suffisamment se mobiliser pour éliminer l’antisémitisme rampant au sein de son parti et des députés.

Certains d’entre eux ont été suspendus pour avoir tenu des propos racistes et antisémites sur les réseaux sociaux ou sur d’autres forums publics.

En octobre, une commission parlementaire d’enquête a soutenu que les dirigeants du parti du Labour ne luttaient pas assez sérieusement contre l’antisémitisme dans ses rangs.

Cette accusation, soulevé par les dirigeants juifs en Grande-Bretagne après l’élection de Corbyn à la tête du parti du Labour, a été réaffirmée dans la publication d’un rapport accablant intitulé « L’antisémitisme au Royaume-Uni », compilé par le Home Affairs Select Committee de la chambre des communes, la chambre basse du Parlement britannique.