Des Juifs ultra-orthodoxes ont mis le feu à l’effigie d’un soldat israélien samedi soir, dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim, à Jérusalem, sous les applaudissements et les encouragements du public.

Une vidéo de la manifestation diffusée par des médias israéliens montre un homme tenant un mannequin à taille réelle d’un soldat, suspendu au-dessus d’un feu de joie par un bâton.

Le mannequin est habillé avec un T-shirt de l’armée portant le nom de Sayaret Matkal, unité de commando d’élite. Une barbe a été dessinée sur le visage du mannequin, pour tenter de le faire ressembler à un soldat ultra-orthodoxe.

La foule, dont beaucoup d’enfants, a applaudi quand l’effigie a pris feu.

Samedi soir était célébrée la fête de Lag BaOmer, qui marque la date du décès du rabbin Shimon Bar Yochai, un sage du première siècle. La célèbration a eu lieu avec des feux de joie.

Un membre de la secte anti-sioniste Neturei Karta brûle un drapeau israélien pendant la fête de Lag BaOmer, dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim, à Jérusalem, en mai 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un membre de la secte anti-sioniste Neturei Karta brûle un drapeau israélien pendant la fête de Lag BaOmer, dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim, à Jérusalem, en mai 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’incident est le plus récent d’une série d’attaques de Juifs ultra-orthodoxes contre les membres de leur propre communauté qui rejoignent l’armée israélienne. Les ultra-orthodoxes ont organisé des dizaines de manifestations pour protester contre le service militaire des Juifs religieux.

Un soldat religieux de l’armée israélienne a été attaqué le mois dernier par une foule de Juifs ultra-orthodoxes pendant un rassemblement de soutien à deux déserteurs, qui ont été reconduits à la prison militaire dans une limousine blanche.

Des dizaines de manifestants ont jeté des débris et insulté le soldat, qui portait une kippa, pendant que des centaines de personnes le poursuivaient le long d’une rue au carrefour Bar Ilan de Jérusalem. Une vidéo de l’attaque prise avec un téléphone portable montre le soldat chassé par des dizaines de manifestants.

Le soldat a réussi à sortir indemne de cet incident.

L’arrestation et l’emprisonnement de déserteurs ultra-orthodoxes a ravivé les tensions dans la communauté, et de récentes manifestations contre l’admission d’ultra-orthodoxes dans l’armée ont été l’occasion d’affrontements violents contre la police.

Certaines parties de la société ultra-orthodoxe refusent de reconnaître l’Etat d’Israël et s’opposent au sionisme, car elles pensent que la mise en place d’un Etat juif ne devra avoir lieu qu’après l’arrivée du Messie. La majorité des Juifs ultra-orthodoxes ne servent pas dans l’armée israélienne et ont leur propre système scolaire, mais reçoivent néanmoins plusieurs financements du gouvernement.

Le groupe antisioniste Neturei Karta est présent à Mea Shearim. Les membres de ce groupe brûlent régulièrement des drapeaux israéliens pendant les fêtes. La vidéo ne permet pas de savoir quelle secte ultra-orthodoxe a mis le feu à l’effigie d’un soldat.