La Maison Blanche a sèchement répondu lundi au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui avait jugé que les prises de position de l’administration Obama sur la construction à Jérusalem-Est étaient « contraires aux valeurs américaines ».

« C’était étrange de sa part d’essayer de défendre les actes de son gouvernement en affirmant que notre réponse ne reflétait pas les valeurs américaines », a lancé Josh Earnest, porte-parole de l’exécutif américain, lors de son point de presse quotidien.

« Ce sont les valeurs américaines qui expliquent le soutien indéfectible de ce pays à Israël », a-t-il poursuivi.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale « unifiée et indivisible ». Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

« La politique américaine a toujours été claire et n’a pas changé depuis plusieurs administrations, à la fois démocrates et républicaines : nous sommes opposés à toute action unilatérale visant à préjuger des questions de statut final, en particulier le statut de Jérusalem », a souligné Earnest.

Lors d’une rencontre mercredi à la Maison Blanche, le président américain Barack Obama a fait part à Netanyahu de sa vive préoccupation après le feu vert donné à la construction de 2 610 nouveaux logements dans le quartier juif de Givat Hamatos à Jérusalem-Est.

Mener à bien ces constructions « ne pourrait que susciter la condamnation de la communauté internationale » et « éloigner Israël même de ses plus proches alliés », avait souligné peu après le porte-parole de la Maison Blanche.

Dans une interview accordée à CBS et diffusée dimanche, le Premier ministre israélien s’était déclaré « déconcerté » par les réactions américaines.

« Cela va à l’encontre des valeurs américaines et cela n’augure rien de bon pour la paix », avait-il déclaré.