Le bureau de l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP) à Washington DC avait annulé sa réception de Noël avant l’annonce du président américain Donald Trump sur sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

La réception, qui était intitulée « Un Noël à Bethléhem sur la Colline [de Washington] », avait été prévue pour mercredi, ce qui coïncidait avec le discours très attendu de Trump.

La mission diplomatique de l’OLP avait déclaré, dans un message adressé aux convives, que la décision d’annuler l’évènement était « difficile ». Le message stipulait que des centaines de membres du Congrès, de politiques, de décideurs, de dirigeants religions, de membres du corps diplomatiques, de dignitaires internationaux, de membres de la communauté palestinienne et des dirigeants de la société civile, avaient confirmé leur présence.

« Une diffusion en direct des dirigeants chrétiens et des enfants de Bethléhem, portant un message de paix, était prévue », poursuivait le message. « Par égard pour nos dirigeants et nos enfants, il est probablement déplacé qu’ils s’expriment et qu’ils chantent peu après la possibilité d’une annonce qui envoie un message anti-paix. »

Le mois dernier, les autorités américaines avaient annoncé leur intention de fermer la représentation palestinienne en application d’une loi stipulant que les dirigeants palestiniens ne doivent pas appeler à traduire des Israéliens devant la justice internationale. C’était la première fois depuis les années 1980 que le Département d’État avait refusé de renouveler l’autorisation du bureau de l’OLP dans la capitale, qui doit être renouvelée tous les six mois.

Quelques jours plus tard, le Département d’État avait autorisé le bureau à rester ouvert, mais les Palestiniens ont été invités à limiter les activités de leur mission diplomatique au seul processus de paix, jusqu’à ce qu’une dérogation à la loi soit renouvelée.

« Compte tenu de l’expiration la semaine dernière d’une dérogation aux restrictions statutaires sur l’activité de l’OLP aux Etats-Unis, nous avons conseillé au Bureau de l’OLP de limiter ses activités à celles liées à une paix durable entre Israéliens et Palestiniens », a déclaré ce responsable.

Lors d’une réunion au Département d’État mardi, la porte-parole Heather Nauert avait été interrogée pour savoir si cette célébration faisait partie des choses autorisées dans le cadre des activités limitées.

« Ils sont toujours activement impliqués, et nous avons demandé à ce qu’ils restent impliqués dans le processus de paix. Maintenant, peut-être, et je vais être hypothéthique, si nos amis Palestiniens veulent ouvrir les portes de leur bureau et inviter des chrétiens, et peut-être des Israéliens, alors pourquoi ne pas faire de fête ? », a répondu Nauert.

Le journaliste a poursuivi : « Alors c’est bon ? Ok. Donc s’ils ont un panneau qui dit « Paix dans le monde », c’est bon ? »

Nauert a répliqué : « La paix sur… peut-être. Oui. Et je le dis pour taquiner. »