Les responsables israéliens sont de plus en plus inquiets face à l’extradition probable vers l’Azerbaïdjan d’un blogueur populaire israélo-ukrainien, spécialisé dans les voyages, qui a été arrêté le mois dernier en Biélorussie.

Samedi, le bureau du procureur d’Azerbaïdjan a indiqué dans un communiqué qu’il avait présenté des documents à la Biélorussie concernant l’extradition d’Alexander Lapshin, 40 ans, qui possède les nationalités israélienne et russe.

Le quotidien israélien Haaretz avait le premier annoncé les craintes à son sujet à Jérusalem, ce qu’ont confirmé au Times of Israël des responsables du ministère des Affaires étrangères.

Le mois dernier, l’Azerbaïdjan avait émis un mandat d’arrêt international à l’encontre de Lapshin, l’accusant d’avoir « violé les frontières de l’Etat » lors d’une visite dans la région du Nagorno-Karabakh , le long de la frontière arménienne. Il s’y était rendu sans coordination préalable avec les autorités de Bakou, la capitale.

Les médias israéliens avaient précisé que Lapshin avait également publié des messages sur des blogs, écrits en russe, et critiquant le président de l’Azerbaïdjan Ilham Alyev.

Il a été arrêté à Minsk le 13 décembre.

La famille de Lapshin a déclaré que les forces de sécurité en Biélorussie tentaient de faire pression sur lui pour qu’il signe un accord. S’il signe ce document, il perdra son droit à faire ultérieurement appel de l’extradition. Sa famille craint pour sa vie s’il devait être extradé en Azerbaïdjan.

Son épouse, Ekaterina Kopylova, a déclaré à Haaretz que peu de temps après le 25 décembre, 25 gardes chargés de la sécurité étaient entrés dans sa cellule pour annoncer à Lapshin qu’une demande d’extradition portant son nom avait été reçue en Biélorussie.

Puis ils lui avaient proposé un accord, affirmant que s’il acceptait d’être extradé, il serait envoyé à Bakou puis ramené en Israël. Vingt-quatre heures plus tard, Lapshin était transféré entre les murs d’une cellule glaciale.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président azéri Ilham Aliyev au Palais Zagulba de Baku, en Azerbaïdjan, le 13 décembre 2016. (Crédit : GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président azéri Ilham Aliyev au Palais Zagulba de Baku, en Azerbaïdjan, le 13 décembre 2016. (Crédit : GPO)

Kopylova a souligné que son époux n’avait eu aucun écrit entre les mains, et que l’offre avait été faite verbalement, en l’absence de tout représentant ou de tout responsable du consulat israélien. Les hommes n’avaient pas non plus produit de document officiel.

Kopylova a indiqué qu’elle s’était ensuite entretenue avec l’ambassade israélienne de Minsk, qui lui avait dit qu’aucune convention semblable n’avait jamais existé, comme le lui avait ultérieurement confirmé le ministère israélien des Affaires étrangères.

Kopylova a ajouté que les responsables israéliens n’avaient pas pu lui rendre visite en prison.

« Les Azéris veulent faire un exemple de Lapshin », aurait indiqué un officiel israélien, des propos repris dans Haaretz. « Cet incident pourrait représenter un grave contre-temps dans nos relations avec ce pays. »

Israël a déjà demandé aux Biélorusses de ne pas remettre Lapshin aux autorités d’Azerbaïdjan, mais les officiels de Bakou ont fait savoir clairement qu’elles n’avaient « aucunement l’intention » de retirer leur demande d’extradition.

Le ministère des Affaires étrangères devait organiser une réunion dimanche avec l’espoir de trouver une issue rapide à cette affaire, a annoncé Haaretz .

« Nous prenons le problème très au sérieux, mais actuellement les choses se présentent plutôt mal », a fait savoir un responsable du ministère de l’Intérieur sous couvert d’anonymat à Haaretz.

« Notre capacité à influencer l’Azerbaïdjan et la Biélorussie est limitée, et ces deux pays ne considèrent que la seule nationalité russe de Lapshin. Ils ne le considèrent pas comme un ressortissant israélien. Nous craignons qu’il ne soit extradé rapidement. »

Ksenia Svetlova , députée de l’Union sioniste, s’est également engagée aux côtés de la famille de Lapshin. Elle a fait parvenir samedi une lettre au ministère des Affaires étrangères, lui demandant d’agir vite, la vie du blogueur pouvant être en danger.

Ksenia Svetlova, députée russophone de l'Union sioniste. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ksenia Svetlova, députée russophone de l’Union sioniste. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’arrestation de Lapshin est survenue alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu était en visite en Azerbaïdjan, un voyage rare pour un chef de gouvernement israélien.

Etat laïque qui entretient depuis longtemps des relations chaleureuses avec Israël, l’Azerbaïdjan, pays à majorité largement musulmane, est l’un des principaux partenaires commerciaux d’Israël, à qui il achète des armes et vend une part importante de son pétrole.

Au cours de sa visite, Netanyahu, qui est également ministre des Affaires étrangères, avait salué la coopération de l’état juif avec Bakou, affirmant qu’elle représentait un exemple positif de coexistence entre juifs et musulmans.

Au début de l’année, les forces arméniennes avaient clamé que Bakou avait déployé des drones kamikazes fabriqués en Israël dans une bataille menée contre elles, alors que les violences s’étaient enflammées pour le territoire disputé de Nagorno-Karabakh.

Raphael Ahren a contribué à cet article.