Le géant français Suez Environnement a décidé de ne pas s’engager dans la construction d’un téléphérique à Jérusalem pour ne pas s’exposer à une controverse politique, a-t-il indiqué mercredi.

Le maire de Jérusalem Nir Barkat rêve de construire un tel équipement qui prête à controverse. Le trajet envisagé traverse en effet Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville.

Suez Environnement, géant mondial de la gestion de l’eau et des déchets, est également actif dans le consulting pour l’aménagement durable des villes à travers le bureau d’étude Safege

« Safege a réalisé un contrat pour la municipalité de Jérusalem entre juin 2013 et novembre 2013, portant sur une étude visant a étudier la potentielle faisabilité, sous l’angle technique, d’un système de transport public par câble aérien à Jérusalem », a dit Suez Environnement dans un message confirmant des informations du quotidien français le Figaro.

« Pour éviter toute interprétation politique, Suez Environnement a décidé de ne pas donner suite au projet », dit le groupe.