Des forces et des moyens policiers renforcés sont déployés à Jérusalem depuis jeudi matin, au lendemain d’une attaque qualifiée de terroriste à la voiture bélier dans laquelle un bébé de trois mois a été tué, a indiqué un porte-parole de la police.

« Au niveau opérationnel, conformément à ce qui a été décidé juste après l’attentat, les forces de sécurité ont été renforcées, principalement les gardes-frontières, les unités de patrouilles spéciales (Yassam) et les unités spécialisées dans les troubles à l’ordre public », a dit à l’AFP ce porte-parole, Micky Rosenfeld.

« Ces forces sont opérationnelles depuis ce matin », en particulier dans les secteurs sous tension, comme Wadi Joz, Essaouiya, et Silwan, le quartier d’origine de l’auteur palestinien de l’attaque, a-t-il dit.

La police met en oeuvre sans attendre un plan général décidé devant la multiplication des heurts à Jérusalem-Est mais initialement censé entrer en application plus progressivement, a-t-il dit. Il combine des moyens technologiques, humains, y compris de renseignement, « pour mettre un terme aux évènements récents », a-t-il dit.

La police de Jérusalem a indiqué jeudi qu’elle appliquerait une politique de « tolérance zéro » face à toute nouvelle violence, au lendemain d’une attaque qualifiée de terroriste à la voiture bélier dans laquelle un bébé de trois mois a été tué.

Des forces et des moyens policiers renforcés sont déployés à Jérusalem depuis jeudi matin après une nouvelle nuit d’incidents, principalement des jets de pierre, dans Jérusalem-Est annexée d’où est originaire l’auteur de l’attaque.

« La police de Jérusalem insiste sur le fait qu’elle fera preuve de tolérance zéro face à toute violence et arrêtera toute personne impliquée dans des troubles à l’ordre public », a indiqué la police dans un communiqué.

« Quelques arrestations » ont déjà eu lieu pendant la nuit, selon M. Rosenfeld. D’après la Deuxième chaîne, hier soir, la police avait procédé à 16 arrestations.