La police anti-émeutes a dû réprimer une manifestation violente sur le mont du Temple au pont des Maghrébins à l’ouverture du site, dimanche matin.

Deux officiers ont été légèrement blessés après que les émeutiers ont lancé des pierres et deux cocktails Molotov aux alentours de 8 heures du matin, selon le porte-parole de la police Mickey Rosenfeld.

Le mont du Temple, situé au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem, a été fermé après les incidents.

La police a dû pénétrer dans le complexe de la mosquée Al-Aqsa et se servir de grenades incapacitantes et de balles en caoutchouc pour disperser les manifestants.

Le porte-parole a ajouté que la police avait rapidement pris le contrôle de la situation et que des unités supplémentaires avaient été stationnées pour empêcher d’autres troubles.

Aucun commentaire n’a été fait sur l’identité des personnes interpellées.

Rosenfeld a précisé que la police mènerait une évaluation de la sécurité du site pour déterminer si le mont du Temple pouvait être rouvert aux visiteurs.

Les touristes et les Israéliens peuvent accéder au mont du Temple à des heures spécifiques via le pont des Maghrébins, le seul point d’entrée vers le lieu saint que les non-musulmans peuvent emprunter.

Les incidents sur le mont du Temple sont fréquents, notamment lors de visites d’hommes politiques israéliens.

Le 16 mars, des émeutiers avaient jeté des pierres sur le ministre du Logement Uri Ariel, qui avait dû raccourcir sa visite.