Les terroristes palestiniens du Jihad islamique ont affirmé vendredi que 121 combattants de son aile militaire, les brigades al-Quds, ont été tués pendant l’opération Bordure protectrice à Gaza.

Dans une déclaration à l’agence de presse palestinienne Maan, l’organisation a aussi affirmé qu’elle a tiré 3 250 roquettes Fajr et Buraq et des obus de mortiers pendant l’opération qui a duré 50 jours.

Ils revendiquent des tirs sur Netanya, Tel Aviv, Dimona et Jérusalem. Le Jihad islamique indique aussi qu’il a tiré sur des postes et des véhicules militaires.

Israël revendique l’élimination de centaines de membres palestiniens du Hamas, du Jihad islamique et d’autres groupes.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, 2 143 Palestiniens – plus de 70 % sont des civils, dont 500 enfants – ont été tués.

Les responsables israéliens contestent ces chiffres et affirment qu’entre 750 et 1 000 des personnes tuées sont des membres actifs du Hamas ou d’autres groupes terroristes.

L’arsenal de roquettes du Hamas a été sévèrement amenuisé pendant l’opération et beaucoup – si ce n’est pas tous – les tunnels d’attaque contre Israël ont été détruits.

manifestants palestiniens avec des drapeaux du Hamas et du Jihad islamique le 8 août 2014 (Crédit : AFP/Hazam Bader)

Manifestants palestiniens avec des drapeaux du Hamas et du Jihad islamique le 8 août 2014 (Crédit : AFP/Hazam Bader)

Côté israélien, 71 % ont été tués, dont six civils.

L’issue du combat est encore imprévisible car le cessez-le-feu tient. Pour le moment, Israël a promis d’ouvrir le passage transfrontalier de Gaza jusqu’à une certaine mesure. C’est quelque chose qu’il fait déjà par intermittence. Il a aussi promis d’étendre l’accès maritime pour les pêcheurs de Gaza.

Les autres demandes du Hamas seront négociées plus tard : un aéroport et un port, la libération des prisonniers, les salaires pour ses milliers de fonctionnaires et l’ouverture du passage de Rafah. Israël va demander la démilitarisation de Gaza.

Mercredi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a reconnu qu’il ne pouvait pas encore garantir que l’opération militaire d’Israël permettrait une accalmie de long terme.

Mais il a affirmé que si le Hamas reprenait ses tirs, l’armée riposterait au « centuple ».