Le Jihad islamique palestinien a déclaré dimanche que les menaces israéliennes contre les dirigeants du groupe terroriste constituaient « un acte de guerre » et a juré de continuer à essayer de mener une attaque de représailles contre Israël.

Les « menaces destinées à cibler le leadership du mouvement sont une déclaration de guerre, que nous allons affronter », a déclaré le Jihad islamique, selon un communiqué publié par son agence de presse Palestine Today News Agency.

Samedi, le général Yoav Mordechai, qui dirige le bureau de liaison du ministère de la Défense avec les Palestiniens, a publiquement averti le Jihad islamique de ne pas essayer de riposter à la destruction par Israël de l’un de ses tunnels terroristes en territoire israélien.

Mordechai, parlant dans une vidéo postée sur YouTube, a appelé par son nom le chef du groupe terroriste, Ramadan Shalah, et son adjoint, Ziad Nakhaleh, qui dirige le groupe basé à Gaza de Damas, et a déclaré qu’ils seraient « tenus responsables » si le Jihad islamique venait à attaquer Israël.

Dans sa vidéo, Mordechai a déclaré qu’Israël était « conscient du complot que le Jihad islamique Palestinien prépare contre Israël » et a averti que « toute attaque par le Jihad Islamique sera accueillie par une réponse israélienne puissante et déterminée, non seulement contre le Jihad, mais aussi contre le Hamas. »

Le Jihad islamique a déclaré qu’il ne reculerait pas sur son « droit » de riposter contre Israël pour l’explosion du tunnel, qui a entraîné la mort de 12 membres du groupe terroriste, 10 du Jihad islamique, dont deux commandants et deux membres de la branche armée du Hamas.

« Nous réaffirmons notre droit à répondre à toute agression, y compris notre droit de répondre au crime d’agression sur le tunnel de la résistance », a déclaré le groupe terroriste.