Le vice-président américain Joe Biden s’est entretenu jeudi à Amman avec le roi Abdallah II de Jordanie de la lutte antiterroriste, du conflit en Syrie et du processus de paix israélo-palestinien, a indiqué le palais royal.

M. Biden, qui venait de Jérusalem, a discuté avec le roi « des efforts de paix entre les Palestiniens et les Israéliens sur la base d’une solution à deux Etats ».

A cet effet, le roi a souligné la nécessité de mettre fin aux « violations israéliennes » contre les lieux saints chrétiens et musulmans à Jérusalem, selon le communiqué du palais.

M. Biden avait critiqué mercredi à Jérusalem les dirigeants palestiniens pour leur refus de condamner les violences anti-israéliennes qui ont accompagné sa visite en Israël et dans les territoires palestiniens.

Sur le dossier irakien, le roi a souligné devant M. Biden la nécessité d' »appuyer les efforts du gouvernement irakien dans la lutte contre le groupe terroriste Daech (acronyme en arabe de l’organisation Etat islamique) ».

Le vice-président américain Joe Biden a affirmé jeudi à Amman que l’organisation Etat islamique (EI) serait vaincue, estimant toutefois que la guerre contre le groupe jihadiste allait « prendre beaucoup de temps ».

« Nous allons vaincre l’EI », a déclaré Joe Biden devant des soldats américains qui entraînent des forces jordaniennes dans un centre conjoint près d’Amman.

« Cela va prendre beaucoup de temps. Va prendre beaucoup de temps », a-t-il répété, affirmant que l’organisation jihadiste ne représentait « pas une menace existentielle pour les Etats-Unis ».

La Jordanie participe à la coalition anti-EI en Syrie et en Irak, menée par les Etats-Unis.

Après leur rencontre, le roi Abdallah et M. Biden se sont rendus dans un centre conjoint de formation des forces de sécurité — dont le nom et la localisation ne sont pas communiqués à la demande des autorités — où ils ont assisté à un entraînement d’unités de l’armée, selon un journaliste de l’AFP sur place.

M. Biden conclut en Jordanie une tournée au Moyen-Orient qui l’a mené également aux Emirats arabes unis. Son épouse Jill devait visiter dans l’après-midi la camp de réfugiés de Zaatari (nord), qui accueille quelques 80.000 réfugiés syriens.