Un dirigeant des Frères musulmans de Jordanie a été arrêté pour avoir violemment critiqué le régime, a indiqué mardi une source judiciaire jordanienne, alors que la branche politique de la confrérie a appelé à la libération « immédiate » de son leader.

Le procureur général de la Cour de sûreté de l’Etat a inculpé Mohamed Saïd Bakr, membre dirigeant des Frères musulmans, pour avoir « incité à défier le régime » et ordonné sa mise en détention pour une période de 15 jours pour les besoins de l’enquête, a précisé à l’AFP cette source ayant requis l’anonymat.

Selon la même source, Bakr avait « critiqué avec force le régime » en Jordanie dans un discours prononcé vendredi dernier au cours d’un festival de solidarité avec Gaza.

Son arrestation a été condamnée par le secrétaire général du Front de l’action islamique, branche politique de la confrérie, Mohamed Zayoud, qui considère « inacceptable d’arrêter des oulémas ou des militants pour leurs opinions ».

Il a appelé à la « libération immédiate » de Bakr, soulignant que « des régimes stables ne pouvaient être menacés par un discours prononcé lors d’un festival ou l’expression d’une opinion au cours d’un évènement quelconque ».

La confrérie islamiste en Jordanie estime que « la résistance » palestinienne l’avait remporté à Gaza face à Israël et que la dernière guerre avait « donné une leçon à l’axe de la modération ».

A l’occasion d’un festival organisé vendredi à Amman par la confrérie pour « célébrer la victoire de Gaza », Bakr avait déclaré qu’il « attendait toujours la victoire de la Jordanie, la victoire des hommes de Jordanie et de l’armée de Jordanie, alors que nous nous trouvons sur la plus longue ligne de front avec les Israéliens ».

Tenant des propos insultants envers les dirigeants jordaniens qu’il n’a pas nommés, il accuse le régime notamment de « se soumettre aux Etats-Unis ».

« Un petit pas en avant peut faire de ce régime un géant, mais j’ignore si c’est en raison de son incapacité ou si c’est la volonté qui lui manque », ajoutait-il.

Les islamistes jordaniens ont organisé plusieurs manifestations de soutien aux Palestiniens de Gaza durant l’opération israélienne contre l’enclave et appelé à l’annulation du traité de paix jordano-israélien.