Plus d’un millier de sympathisants des Frères musulmans jordaniens ont manifesté vendredi dans le centre d’Amman pour protester contre ce qu’ils dénoncent comme les atteintes israéliennes sur Al-Aqsa, l’emblématique mosquée de la Vieille ville de Jérusalem, selon un journaliste de l’AFP.

« Al-Aqsa est en danger », « Nous sommes tous prêts à nous sacrifier » pour cette mosquée, indiquaient des pancartes brandies dans le cortège.

Les quelque 1 500 manifestants ont scandé des slogans comme « les musulmans sont déterminés à défendre les lieux saints musulmans » et « Nous serons toujours les gardiens d’Al-Aqsa ».

De violents heurts ont eu lieu en octobre et novembre à Jérusalem entre la police israélienne et des Palestiniens lorsque des dizaines de juifs ultra-religieux ont manifesté pour le droit de prier sur le mont du Temple, un site considéré par les musulmans comme leur troisième lieu saint et par les juifs comme leur lieu le plus sacré.

La situation autour du mont du Temple est l’une des raisons majeures des vives tensions auxquelles Jérusalem-Est.

Lors de précédentes manifestations de soutien à Al-Aqsa, les dirigeants des Frères musulmans jordaniens avaient exhorté le gouvernement à renoncer à l’accord de paix avec Israël.

La Jordanie, qui a conservé la gestion de l’esplanade en 1967, est le seul Etat arabe avec l’Egypte à avoir signé un traité de paix avec l’Etat hébreu, en 1994.