JTA – En-dehors de Broadway, Josh Radnor joue en ce moment dans « The Babylon Line » de Richard Greenberg. Pour l’acteur de 42 ans, c’est le dernier rôle d’une liste longue et impressionnante.

Cependant, il est fort probable qu’il reste pour toujours et pour les fans de la série « How I Met Your Mother » (HIMYM) Ted Mosby, l’homme qui a passé presque dix ans à raconter à ses enfants, et à des millions de spectateurs dans le monde entier, comment il avait rencontré leur mère.

La sitcom à succès a connu neuf saisons, et a remporté neuf Emmy Awards. Le rôle de Ted Mosby a fait passer Radnor du statut d’acteur épisodique à celui de star. Mais étant donné le nombre impressionnant de projets menés par l’acteur depuis la fin de HIMYM en 2013, il a joué dans une production de Broadway qui a remporté un prix Pulitzer, écrit un livre, fait une apparition dans une autre série, « Mercy Street » de PBS, et a écrit, réalisé et joué dans deux films, on peut se poser la question, Ted Mosby n’est-il pas un fardeau ?

« Quand quelque chose devient très populaire, et que les gens vous identifient à ça, ils peuvent parfois avoir une vision étriquée de votre personne », a expliqué Radnor à JTA par téléphone.

« [How I Met Your Mother] est une série très aimée. Beaucoup de personnes veulent que vous soyez cette personne, et sont un peu offensées quand vous ne l’êtes pas. C’est assez étrange. »

Mais il a ajouté que « les bénédictions dépassent de loin le fardeau, [même si] ce n’est pas le bon mot. Mais cela jette une ombre. J’essaie donc d’aller dans d’autres directions, tout en honorant ce passé en même temps. »

Parmi ces « autres directions », on retrouve ses films, « Happythankyoumoreplease », qui a remporté le prix du public au Festival du film de Sundance en 2010, et « Liberal Arts », sorti en 2012. Mais Radnor compte aussi commencer la production d’un troisième film au printemps prochain.

« Si vous me dites que je dois arrêter de jouer pour une raison quelconque, je pourrais vraiment dire que j’en ai bien profité, a-t-il déclaré. J’ai travaillé pour quelques séries télévisées, été deux fois à Broadway, travaillé avec de grands auteurs. Mais écrire et réaliser [donne] un sentiment de nouveauté. »

« Je pense que la vérité, c’est que j’aime tout cela, mais pour des raisons différentes. J’aime que ma carrière se soit diversifiée, ce que signifie que je n’ai pas à choisir. »

« Si vous me dites que je dois arrêter de jouer pour une raison quelconque, je pourrais vraiment dire que j’en ai bien profité »
Josh Radnor

Le prochain mois, Radnor sera concentré sur son jeu. « The Babylon Line » a reçu des critiques mitigées ou positives. Il n’en a lu aucune.

« En tant qu’acteur, cela ne m’aide pas, a-t-il déclaré. Même une critique positive peut me rester en tête. »

Radnor joue Aaron Port, un auteur sans beaucoup de succès qui parcourt le chamin de fer de Long Island depuis son domicile de Greenwich Village pour aller enseigner l’écriture dans un cours du soir pour adultes. Ses six étudiants sont tous différents. Trois femmes juives s’y sont inscrites parce que celui qu’elles voulaient étaient déjà plein. Elles sont rejointes par une femme que personne ne connaît, une agoraphobe qui semble sortir de chez elle pour la première fois depuis des années. Puis, petit à petit, leurs écrits, les étudiants commencent à se découvrir eux-mêmes.

« Je pense que cela parle d’histoires que nous nous racontons sur nous-mêmes, et de comment nous pouvons nous tromper sur ces histoires », a déclaré Radnor.

Josh Radnor joue Aaron Port, un auteur sans beaucoup de succès, dans "The Babylon Line", en décembre 2016. (Crédit : Jeremy Daniel via JTA)

Josh Radnor joue Aaron Port, un auteur sans beaucoup de succès, dans « The Babylon Line », en décembre 2016. (Crédit : Jeremy Daniel via JTA)

« Cela parle de personnes qui pensent qu’elles sont à la fin de leur histoire, qui pensent qu’elles vivent une sorte de tragédie, alors que c’est simplement un moment de leur vie. C’est triste et ce n’est pas triste. Si vous allez vraiment au fond des choses et de ce que fait [Greenberg], il y a une douceur dans tout cela. Et les choses fonctionnent pour ces personnes, malgré leurs plus grandes craintes. »

A cet égard, Radnor trouve la pièce très juive, un sujet qui mène à ses propres influences juives.

« Il y a un mot en hébreu pour comédie, mais pas pour tragédie »
Josh Radnor

« J’ai noué une amitié avec un rabbin à New York, a expliqué Radnor. Nous avons eu un très long déjeuner il y a deux ou trois semaines, et il m’a dit quelque chose de fascinant : il n’y a pas de mot pour la tragédie en hébreu. Il y a un mot en hébreu pour comédie, mais pas pour tragédie. »

« En tant que réalisateur, j’aime quitter mon public avec un [espoir de] futur meilleur. Mes personnages ont des noms assez juifs, mais qu’ils soient juifs ou pas, ils sont toujours en prise avec certaines situations éthiques, avec des carrefours sur la route », a-t-il déclaré.

Radnor pense que ses films « parlent de bonnes personnes qui s’améliorent [dans le but d’] être elles-mêmes. »

« Je ne suis pas intéressé par le mal, ou par ce que nous pouvons faire de terrible les uns aux autres », a-t-il déclaré. Une attitude qu’il a probablement développée en allant à la Colombus Torah Academy de l’Ohio, où il a grandi.

« Je pense que [mes parents] voulaient que j’aie une éducation juive importante. Ils voulaient que je sache d’où je viens, et de quelles traditions j’allais hériter », a-t-il déclaré.

Cette formation a laissé des traces. Il y a environ deux ans, Radnor a déclaré avoir « lu quelque part qu’il avait été demandé à Tony Kushner pourquoi tant de juifs étaient attirés par le théâtre. Il avait répondu que lire le Talmud et lire une pièce était très similaire. Il y a une lecture de surface, puis on creuse sous le texte. J’ai l’impression d’avoir ce fond, d’avoir cet amour de la littérature. Regarder la surface d’une, puis la creuser et enfin trouver ce que l’on peut glaner de plus, c’est sans doute la manière juive d’apprendre. »

Radnor et ses sœurs sont allés à l’école juive jusqu’en quatrième, puis ont fréquenté l’école publique, une décision du bashert [destin en yiddish]. Une amie lui a demandé de l’accompagner à ses auditions pour la production de l’année de l’école nommée « Oklahoma ! »

« Je ne suis pas intéressé par le mal, ou par ce que nous pouvons faire de terrible les uns aux autres »
Josh Radnor

« J’y suis allé, et j’ai regardé tout le monde auditionner. J’ai pensé que je pouvais peut-être faire un peu mieux que ces personnes, a raconté Radnor. Ils m’ont pointé du doigt et m’ont demandé si je voulais auditionner. J’ai dit oui, et j’ai obtenu l’un des rôles principaux. »

Il a joué Will Parker cette année-là, l’animateur de « Cabaret » la suivante, et a été pris au jeu. En 2005, après quelques apparitions dans des séries comme « New York, police judiciaire » et « Urgences », Radnor a été choisi pour le rôle principal de « How I Met Your Mother ».

La série a fait un carton. Mais comme deux autres séries adorées, « The Sopranos » et « Seinfeld », son dernier épisode a déçu beaucoup de fans.

« En fait, je n’en parle pas », a déclaré Radnor, clairement fatigué de la question. « Je l’ai assez défendu quand on m’a posé des questions dessus. Soit les gens sont furieux de la façon dont ça s’est terminé, soit ils ont adoré. Cela a déclenché tant d’émotions… »

Pour ceci comme pour le reste de sa carrière, Radnor a avancé.