Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé lundi les 10 matches de suspension infligés par la FIFA au défenseur croate Josip Simunic, ainsi bien privé du Mondial au Brésil pour avoir célébré la qualification de son pays en scandant un cri fasciste.

Après la victoire de la Croatie contre l’Islande le 19 novembre, qui avait permis à la Croatie d’avoir son billet pour la Coupe du monde, Simunic s’était emparé du micro et avait scandé un cri de ralliement utilisé par le régime pro-nazi croate lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le vétéran croate, qui avait saisi le TAS pour demander l’annulation de sa sanction ou à ce qu’elle soit assortie d’un sursis d’un an, a fait valoir qu' »il n’avait pas l’intention d’offenser ou de discriminer quiconque mais voulait partager ses émotions patriotiques avec les supporteurs après une victoire si importante », selon un communiqué du tribunal.

Mais ses arguments n’ont pas convaincu les arbitres du TAS qui « ont confirmé que l’expression utilisée par Simunic était une référence claire et sans équivoque à l’appel utilisé par les Oustachis et qu’une telle expression devait être sanctionnée » suivant les règles de la FIFA.

Le TAS a donc confirmé dans sa totalité la décision de la commission de discipline de la FIFA, à savoir que le joueur du Dinamo Zagreb est suspendu et interdit de stade pour 10 matches internationaux, dont les premiers doivent être purgés durant la Coupe du monde, et doit payer une amende de 30 000 francs suisses (environ 24 000 euros).

« Avec cette décision, la FIFA considère que le TAS a apporté un appui fort et clair aux efforts de la FIFA pour éradiquer le racisme dans le football », lit-on dans un communiqué de la fédération internationale de football.

La Fifa, qui a mis en place en 2013 un groupe de réflexion sur le racisme, avait adopté lors de son congrès en mai dernier une résolution durcissant les sanctions.

Pour un joueur ou un officiel fautif, cinq matches de suspension est désormais le tarif minimal.

En Croatie, le président de la Fédération croate de football, Davor Suker, a déclaré « regretter » Simunic à cause de la situation dans laquelle il s’est retrouvé.

« Mais l’attitude de la Fifa, de l’UEFA et de la Fédération croate est claire lorsqu’il s’agit du racisme et de la discrimination, et cette décision est en conformité avec une telle politique », a dit Suker.

Il a aussi ajouté que cette situation « ne va pas nuire au statut que Simunic a mérité en disputant 105 matches pour la Croatie ». « Josip a considérablement contribué à notre qualification pour Brésil et les autres joueurs vont certainement jouer pour lui aussi au Mondial », a ajouté Suker.