‘Josué a arrêté le soleil’ il y a 3 224 ans, selon les scientifiques
Rechercher

‘Josué a arrêté le soleil’ il y a 3 224 ans, selon les scientifiques

Les chercheurs estiment que ce récit biblique épique, survenu le 30 octobre 1207 avant l'ère commune, est le plus ancien décrivant une éclipse annulaire. Il aide aussi à identifier les règnes des pharaons Ramsès et Mérenptah

Josué commandant au soleil de s'arrêter sur Gabaon, John Martin, 1816 (Crédit : Wikipedia)
Josué commandant au soleil de s'arrêter sur Gabaon, John Martin, 1816 (Crédit : Wikipedia)

Les chercheurs de Cambridge ont annoncé lundi avoir identifié la date du récit biblique de Josué arrêtant le soleil – ce qui, disent-ils, est la date la plus ancienne d’une éclipse jamais déterminée. Elle aurait eu donc lieu le 30 octobre de l’an 1207 avant l’ère commune, il y a exactement 3 224 ans.

Dans un article publié dans le journal de la Royal Astronomical Society journal Astronomy & Geophysics, les chercheurs ont expliqué qu’ils étaient désormais en mesure de redéfinir les dates des règnes des deux pharaons égyptiens de l’époque, Ramsès le Grand et son fils Merenptah.

Le journal renforce les recherches publiées au début de l’année par des scientifiques israéliens, qui ont également interprété le récit biblique comme se référant à une éclipse à la même date.

Les chercheurs ont rejeté les éclipses qui avaient été enregistrées en langue chinoise et ougaritique, estimant qu’elles ne sont pas fiables. Ils ont conclu que seule la Bible a su mentionner une véritable éclipse solaire dans la période précédent l’an 1000 avant l’ère commune.

Une éclipse annulaire solaire à Jinan, dans la république de Chine, le 15 janvier 2010 (Crédit : CC BY-SA A013231, Wikimedia Commons)
Une éclipse annulaire solaire à Jinan, dans la république de Chine, le 15 janvier 2010 (Crédit : CC BY-SA A013231, Wikimedia Commons)

Le chapitre 10 du Livre de Josué raconte que peu après que Josué et les Israélites sont entrés en Terre promise, ils ont affronté cinq armées qui avaient assiégé les Gébéonites. Josué avait prié que Dieu vienne en aide aux Israélites dans la bataille en arrêtant le soleil :

« Alors Josué parla à l’Eternel, le jour où l’Eternel livra les Amoréens aux enfants d’Israël, et il dit en présence d’Israël : ‘Soleil, arrête-toi sur Gabaon, Et toi, lune, sur la vallée d’Ajalon !’  » (Josué 10: 12)

« Si ces mots décrivent une observation réelle, alors c’est qu’un événement astronomique majeur était en train de se dérouler – la question à laquelle nous devions répondre étant de savoir ce que ce texte signifiait réellement », a dit le co-auteur de l’article Colin Humphreys, du département de Cambridge de sciences des matériaux et de métallurgie.

« Les traductions anglaises modernes, qui suivent la traduction du roi Jacques en 1611, interprètent habituellement ce texte en disant que le soleil et la lune se sont arrêtés de bouger », explique Humphreys. « Mais en revenant au texte hébraïque d’origine, nous avons déterminé qu’une signification alternative pouvait être que le soleil et la lune ont simplement cessé de faire ce qu’ils font normalement : Ils ont arrêté de briller ».

Humphreys ajoute que si le récit biblique signifie que la lumière du soleil a semblé s’arrêter de briller, cela pourrait se référer à une éclipse.

« Cette interprétation est soutenue par le fait que le mot hébreu ‘arrête-toi’ a la même racine que le mot babylonien utilisé dans les textes astronomiques anciens pour décrire une éclipse », dit-il.

Les chercheurs notent qu’ils n’ont pas été les seuls à interpréter ces paroles comme se référant à un événement astronomique – Robert Wilson l’avait suggéré en 1918. Toutefois, jusqu’à une période récente, il avait été impossible de confirmer la date exacte de l’éclipse en raison de « la nature laborieuse des calculs exigés ».

Plus récemment, les chercheurs avaient été dans l’incapacité de trouver des éclipses survenues durant la période passée par les Israélites à Canaan. Néanmoins, ils n’avaient alors pris en compte que les éclipses totales, lorsque la lune passe entre le soleil et la terre, bloquant totalement la lumière du soleil.

La stèle de Merneptah, datant d'à peu-près l'an 102 avant l'ère commune, a été découverte en 1896 et se trouve dorénavant au musée égyptien du Caire (Crédit : CC-BY-SA, via wikipedia)
La stèle de Merneptah, datant d’à peu-près l’an 102 avant l’ère commune, a été découverte en 1896 et se trouve dorénavant au musée égyptien du Caire (Crédit : CC-BY-SA, via wikipedia)

Leur nouvelle recherche a néanmoins révélé qu’une éclipse annulaire – un phénomène durant lequel « la lune passe directement devant le soleil mais est trop éloignée pour couvrir complètement le disque, menant à un ‘anneau de feu’ caractéristique », a eu lieu le 30 octobre en l’an 1207 avant l’ère commune.

Les chercheurs notent que le monde antique ne faisait pas la différence entre les éclipses totales et annulaires au niveau linguistique.

« Les chercheurs ont développé un nouveau code pour les éclipses, qui prend en compte les variations dans le temps de la rotation de la terre », a fait savoir dans son article l’université de Cambridge. « A partir de leurs calculs, ils ont déterminé que la seule éclipse annulaire visible à Canaan entre l’an 1500 et 1050 avant l’ère commune a eu lieu dans l’après-midi du 30 octobre 1207 avant notre ère ».

« Des preuves indépendantes que les Israélites étaient à Canaan entre l’an 1500 et 1050 avant l’ère commune se trouvent dans la stèle de Merenptah », ajoute l’article.

Ce dernier se sert alors de cet événement pour dater très précisément les deux pharaons égyptiens de l’antiquité.

« Les éclipses solaires sont souvent utilisées comme un point fixe permettant de dater les événements dans le monde antique », dit Humphreys.

La stèle de Merenpta, « un large bloc de granit arborant des inscriptions et dorénavant visible au musée égyptien du Caire », a été taillée durant la cinquième année du règne de Merenptah et narre sa victoire face aux Israélites à Canaan deux ou trois ans plus tôt.

Usant la datation précise de l’éclipse et de la stèle, les chercheurs ont été en mesure d’identifier les règnes de Merenptah comme de son père Ramsès le grand.

« En utilisant ces nouveaux calculs, le règne de Merenptah a commencé en 1210 ou 1209 avant l’ère commune. Comme on sait à partir des textes égyptiens combien de temps lui et son père ont régné, cela signifierait que Ramsès le Grand a gouverné de l’an 1276 à l’an 1210 avant l’ère commune – avec une précision d’un an de plus ou d’un an de moins. Ce sont les dates les plus précises qui soient disponibles ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...