L’union des journalistes portugais a rejeté une plainte de l’Autorité palestinienne (AP) sur l’utilisation du mot « meurtre » par un journaliste pour décrire seulement les victimes des attaques terroristes et pas leurs auteurs.

Le syndicat des journalistes du Portugal a publié sa décision la semaine dernière sur une plainte que Hikmat Ajjuri, l’ambassadeur au Portugal de l’AP, déposée en décembre contre Henrique Cymerman, le journaliste pour Israël de la compagnie indépendante des communications du Portugal (SIC).

Le reportage du 13 décembre de Cymerman est consacré aux incitations de l’AP « à tuer des juifs », que décrit Cymerman, qui est juif.

Dans l’article, Cymerman a écrit que beaucoup des auteurs des attaques contre des Israéliens voient leurs actions comme faisant partie d’une guerre sainte. Il a également interrogé des personnes qui ont déclaré que c’était une réaction à l’occupation israélienne.

Le reportage avait une légende sur l’écran qui disait : « 22 Israéliens ont été assassinés et environ 100 attaquants palestiniens ont été tués ».

Ajjuri s’est plaint que l’article ait un parti-pris parce qu’il « mettait sur un pied d’égalité l’occupant et l’occupé et allait plus loin en justifiant les meurtres de sang-froid par les forces d’occupation israéliennes de jeunes et d’enfants palestiniens. »

Le syndicat a estimé que Cymerman utilisait une terminologie « qui ne pouvait ni être condamnée, ni considérée comme inappropriée, » a écrit Sao Jose Almeida, le président de l’organisation.

En se défendant contre les accusations, Cymerman a cité ses contacts rapprochés avec le Vatican et le pape François pour la promotion de la paix. Mais Almeida a déclaré que cela n’était pas pertinent par rapport à une plainte contre son intégrité journalistique.

Vingt-huit Israéliens et trois ressortissants étrangers ont été tués pendant une vague de violence et de terrorisme palestiniens depuis octobre. Presque 170 Palestiniens ont été tués, les deux-tiers pendant qu’ils attaquaient des Israéliens, et les autres pendant des affrontements avec des soldats, selon l’armée israélienne.