Le Chef du parti Koulanou, Moshe Kahlon, a annulé une réunion avec les responsables du Likud prévue pour jeudi, au cours de laquelle devaient se tenir les négociations sur le rôle de Koulanou dans le prochain gouvernement.

La radio israélienne a rapporté que Kahlon a refusé de se rendre à la réunion pour protester contre le fait que le Likud distribue des postes clés avant que les négociations officielles sur la coalition n’aient officiellement commencé, ce qui rendrait plus difficile la mise en œuvre des réformes économiques.

Le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié d’étrange et déplacée la décision de Kahlon .

Un communiqué du parti affirme que les Israéliens attendent un processus rapide de formation de la coalition, et que les négociations sont un forum pour discuter de toutes les questions que Kahlon pourrait soulever.

Les dirigeants du Likud ont commencé jeudi à siéger avec plusieurs partenaires potentiels de la coalition afin de concocter un gouvernement, un jour après que le président Reuven Rivlin a confié cette tâche à Netanyahu .

Avec 10 sièges dans la nouvelle Knesset, Koulanou pourrait servir de pivot de la nouvelle coalition, qui a besoin de l’appui d’une majorité de 61 députés.

Mercredi soir, avant que les négociations n’aient même commencé, Netanyahu s’était déjà aventuré sur un territoire problématique pour Kahlon, et celui-ci a exprimé sa colère liée à ce que la présidence de la puissante commission des Finances de la Knesset soit confiée au parti Yahadout HaTorah.

Dans le but de renforcer les votes pour le Likud avant les élections, le Premier ministre avait publiquement promis que Kahlon serait son prochain ministre des Finances, quels que soient les résultats.

Kahlon, qui s’est présenté en mettant en avant les questions sociales, a clairement fait savoir qu’il n’entrerait dans le gouvernement que si on lui donnait les moyens suffisants pour effectuer un véritable changement dans l’économie israélienne.

Cependant, après avoir confirmé ces derniers jours qu’il avait l’intention de tenir sa promesse et de donner à Kahlon le ministère des Finances, Netanyahu a exprimé mercredi son intention de nommer Moshe Gafni de Yahadout HaTorah à la tête de la commission des Finances.

Le député Moshe Gafni (Yahadut Hatorah) participe à un comité, le 29 octobre 2012 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député Moshe Gafni (Yahadut Hatorah) participe à un comité, le 29 octobre 2012 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« J’ai entendu ce soir que, plutôt que de s’occuper des problèmes de logement et d’abaisser le coût de la vie, quelqu’un pense qu’il est plus urgent de partager d’une manière politique et illogique les outils pour faire face à ces questions », a écrit sur Facebook le chef de Koulanou mercredi soir.

Kahlon exprimait son agacement face aux informations circulant dans les médias selon lesquelles son parti avait accepté de renoncer à toute autre exigence liée aux finances, les qualifiant de « rumeurs infondées ».

« Nous n’avons pas encore entrepris de négociations avec qui que ce soit, et personne n’a pu convenir de quoi que ce soit en notre nom », a écrit Kahlon.

Haaretz a rapporté jeudi que Netanyahu se préparait également à un combat avec le parti HaBayit HaYehudi face à la volonté de son chef, Naftali Bennett, de recevoir les ministères de la Défense, de l’Education et des Affaires religieuses.

Les responsables du Likud ont déclaré au journal que, compte tenu de la performance de leur parti qui a obtenu 30 sièges par rapport aux 8 de HaBayit HaYehudi, il n’avaient pas l’intention d’accoder à Bennett plus qu’un de ces portefeuilles, et que cela ne serait certainement pas celui de la Défense – que Netanyahu voudrait conserver pour Moshe Yaalon.

« Bennett n’a pas encore intériorisé les résultats des élections, ont déclaré à Haaretz des sources du Likud . Nous voyons Bennett ministre de l’Education ou ministre de l’Economie avec des pouvoirs étendus. Il ne recevra pas de meilleur poste. Cependant, nous sommes prêts à aller vers lui et à offrir trois portefeuilles à son parti. »

Les dirigeants du Likud ont également déclaré qu’ils pensaient que le nombre maximum de ministres devrait être porté de 18, prévu par la loi actuelle, à 24, afin de répondre aux demandes des six partis qui cherchent actuellement à se partager le pouvoir : Likud, HaBayit HaYehudi, Koulanou, Shas, Yahadout HaTorah et Yisrael Beitenu.

Avigdor Liberman d’Yisrael Beitenu a également fait savoir qu’il allait demander le portefeuille de la Défense. Toutefois, étant donné sa piètre performance électorale, n’ayant remporté que 6 sièges, contre 13 précédemment, Liberman peut s’estimer satisfait de la proposition de Netanyahu qu’il demeure dans son poste actuel de ministre des Affaires étrangères – une offre apparemment plutôt généreuse compte tenu des circonstances.

Yaakov Litzman de Yahadout HaTorah devrait retrouver son ancien poste de vice-ministre de la Santé, mais il serait de facto ministre de la santé. Les parti ultra-orthodoxes Yahadout HaTorah refusant des postes officiels au sein du Cabinet afin de ne pas reconnaître officiellement l’Etat.

Le chef du Shas, Aryeh Deri, pourrait recevoir le ministère de l’Intérieur, en dépit des appels demandant à ce qu’il ne reçoive pas de portefeuille en raison de sa condamnation pénale passée – une pétition en ligne contre sa nomination a déjà été signée par plus de 30 000 personnes.