Le ministre des Finances Moshe Kahlon a convoqué mercredi matin les hauts fonctionnaires de son ministère pour examiner les recommandations visant à limiter le budget de Tsahal, préconisées dans un rapport qui a provoqué une tempête de protestations de la part des responsables militaires.
 
Kahlon a l’intention d’examiner les moyens de mettre en œuvre au moins une partie des conclusions de la Commission Locker, selon la radio israélienne.

Entre autres choses, la commission dirigée par le général (de réserve) Yohanan Locker, un ancien conseiller militaire du Premier ministre Netanyahu et un ancien haut gradé de l’armée de l’Air israélienne, suggère de plafonner le budget du ministère de la Défense à 59 milliards de shekels (14 milliards d’euros) par an pour les cinq prochaines années.

Parlant à la radio militaire, le directeur général du ministère de la Défense Dan Harel a attaqué le rapport, qui appelle également à des coupes sombres dans le plan de dépenses de l’armée et une forte réduction de la durée du service obligatoire.

Harel s’est plaint que les membres de la commission aient ignoré les tentatives de l’appareil de défense de discuter avec eux.

« Nous avions préparé un plan de 14 rencontres. Ils les ont reduit à 4 », a dit Harel. « Ils n’ont pas accepté de nous rencontrer; personnellement, j’ai couru après Locker pendant quatre mois. »

« Je pense que la commision ne voulait pas entendre parler de ministère de la Défense, » a-t-il affirmé.

Le chef de la commission, le général (à la retraite) Yohanan Locker au centre, dans un blazer bleu sans cravate, aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu (Crédit : Amos Ben Gershon / GPO)

Le chef de la commission, le général (à la retraite) Yohanan Locker au centre, dans un blazer bleu sans cravate, aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu (Crédit : Amos Ben Gershon / GPO)

Ben-Zion Zilberfarb, un membre de la commission Locker et ancien directeur général du ministère de la Défense, a défendu les méthodes de la commission et a déclaré qu’elle avait des contraintes de temps pour remettre son rapport.

« Personne n’est venu avec des conclusions écrites d’avance, » a-t-il insisté à la radio militaire. « Mis à part deux généraux, nous sommes tous des gens avec des carrières civiles. »

« Nous sommes venus pour apprendre; si nous avions avons prévu 14 réunions avec tout le monde, le travail n’aurait pas été terminé avant cinq ans », a-t-il poursuivi. « Nous avions peu de temps selon le délai imparti, et nous avons rencontré toutes les entités concernées dans la première phase des travaux de la commission. »

Une autre membre de la commission, Anat Levin la PDG de Migdal Insurance, a également refuté les critiques, affirmant que le rapport prend en considération toutes les menaces qui pèsent sur Israël.

« Le défi qui est exigé de l’armée israélienne a été présenté à la commission, » a-t-elle dit. « Tout ce rapport porte sur les menaces qui ont été présentées et sur le concept et les objectifs de sécurité nécessaires. »

Commandé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2014, le rapport propose également des réductions aux régimes de retraite célèbres pour leur générosité du ministère de la Défense célèbres pour leur générosité ainsi que la réduction de la durée du service pour les soldats non combattants de 3 à 2 ans d’ici 2020.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a vivement exprimé son opposition à ses recommandations, les qualifiant de « non équilibrées à l’extrême et totalement coupées des réalités environnantes et à l’intérieur d’Israël. »

Mitch Ginsburg a contribué à cet article.