Le chef du parti Koulanou Moshe Kahlon, dont les allégeances après l’élection de mardi pourraient être cruciales pour déterminer qui formera le prochain gouvernement, a déclaré vendredi que le gouvernement dirigé par le Likud avait échoué et qu’il « devrait dégager le passage ».

Il a également répondu au leader de HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett après que ce dernier ait laissé entendre qu’il était orienté à gauche, avant de le qualifier de « bizarre ».

Lors d’un meeting de campagne dans la ville de Hadera, l’ancien ministre du Likud a dit qu’il avait été l’objet d’attaques en provenance de la droite et de la gauche ces derniers jours par des rivaux qui tentent d’attirer ses électeurs.

Il a dit qu’il voulait « que cela soit absolument clair » : « qu’il était un homme appartenant au « camp national » – un terme que des gens de droite se sont appropriés – mais qu’il était aussi un homme du « camp social. »

Les élections, a-t-il dit, ne visaient pas la gauche ou la droite mais consistaient plutôt à « mettre les gens en avant et au centre. »

Le gouvernement dirigé par le Likud, n’a pas réussi à le faire et doit donc « dégager le passage », affirmant qu’Israël faisait face à une catastrophe économique qui doit être empêchée.

Interrogé sur les accusations de Bennett, indiquant qu’il s’orientait à gauche et lorgnait un gouvernement dirigé par le chef de l’Union sioniste, Isaac Herzog, Kahlon n’a pas mâché ses mots.

« Je tiens à vous informer M. Bennett, juste parce que je ne suis pas aussi bizarre que vous l’êtes, et je ne suis pas un membre de la Hilltop Youth (une référence à l’aile extrême-droite), cela ne signifie pas que je ne suis pas un homme appartenant au camp national », a-t-il asséné.

Deputy Prime Minister and Minister of Intelligence and Atomic Energy Dan Meridor in his office, in April (photo credit Noam Moskowitz/ Flash90)

Dan Meridor (Crédit : Noam Moskowitz/ Flash90)

Pendant ce temps, l’ancien ministre du Likud, Dan Meridor, a déclaré au Yediot Aharonot vendredi qu’il ne voterait pas pour son parti lors des prochaines élections.

Meridor a dit qu’il n’avait pas encore décidé pour qui il avait l’intention de voter, mais qu’il ne comptait pas soutenir le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui selon lui, a échoué sur le plan diplomatique et dans la lutte contre les tendances anti-démocratiques.

« Nous avons dévié du droit chemin, » a-t-il déclaré au journal.

« Si nous ne changeons pas de direction, nous allons heurter un iceberg. »