Kamil Abu Rokon a été nommé pour être le prochain chef du COGAT
Rechercher

Kamil Abu Rokon a été nommé pour être le prochain chef du COGAT

L'annonce officielle du ministère de la Défense intervient un mois après que le ministre a révélé que le général de brigade druze avait été engagé pour remplacer Yoav Mordechai

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le général de brigade Kamil Abu Rokon, actuel chef de l'Autorité du passage des frontières du ministère de la Défense, nommé prochain officier de liaison militaire d’Israel avec les Palestiniens le 17 décembre 2017. (Dana Shraga / Ministère de la Défense)
Le général de brigade Kamil Abu Rokon, actuel chef de l'Autorité du passage des frontières du ministère de la Défense, nommé prochain officier de liaison militaire d’Israel avec les Palestiniens le 17 décembre 2017. (Dana Shraga / Ministère de la Défense)

L’annonce officielle du ministère de la Défense intervient un mois après que le ministre a révélé que le général de brigade Druze avait été engagé pour remplacer Yoav Mordechai.

Le ministère de la Défense a annoncé dimanche que le général de brigade Kamil Abu Rokon sera le prochain officier de liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, un mois après que le ministre de la Communication, Ayoub Kara, a divulgué la nouvelle de cette nomination.

Le ministère a indiqué qu’Abu Rokon, qui dirige actuellement l’Autorité du passage des frontières au ministère de la Défense, devrait prendre en avril la relève du général Yoav « Poli » Mordechai, coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT).

Il sera également promu au grade de major général.

Abu Rokon sera le deuxième agent de liaison militaire druze avec les Palestiniens et le deuxième général des Druzes ayant jamais occupé ce poste de 2003 à 2008, après Yousef Mishleb.

« Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a pris cette décision après avoir consulté le chef d’état-major de l’armée israélienne, le général Gadi Eizenkot », a indiqué le ministère dans son communiqué.

Dans l’annonce, Liberman a salué Abu Rokon comme « l’un des principaux experts en Israël de l’Autorité palestinienne. Je suis très impressionné par son savoir-faire et son expérience dans la gestion de grands réseaux à son poste actuel en tant que chef de l’Autorité de passage du ministère de la Défense. »

Le chef d’état-major Gadi Eisenkot et le chef du Commandement du Centre, le général e division Roni Numa, à gauche, avec le chef du Cogat, le général de division Yoav Mordechai en Cisjordanie, le 6 décembre 2017. (Crédit : armée israélienne))

Abou Rokon, du village druze de Usefiya en Galilée, dirige depuis longtemps l’unité COGAT du ministère de la Défense. Il a été commandant-adjoint de l’unité en 2001 et aurait été considéré pour le poste de direction en 2011 par Gabi Ashkenazi, alors chef d’état-major de l’armée israélienne, mais a été remplacé en faveur du général de division Eitan Dangot.

Mordechai, considéré comme largement respecté à la fois en Israël et dans le monde arabe, mettra fin à une carrière de près de 40 ans dans les forces de sécurité israéliennes, ayant servi dans les services de renseignement et comme porte-parole des Forces de défense israéliennes. Il a pris la tête du COGAT en octobre 2013.

« Poli est un atout stratégique pour l’Etat d’Israël. Même lorsqu’il aura quitté sa fonction, je suis sûr que l’Etat d’Israël continuera à tirer parti de ses compétences particulières », a déclaré Liberman.

Sous Mordechai, le rôle du COGAT s’est étendu à la collaboration avec la communauté internationale sur les questions palestiniennes et à la coopération avec les Palestiniens sur des questions allant au-delà de la coordination militaire.

Le secrétaire-général des Nations unies Antonio Guterres, à gauche, rencontre le coordinateur des Activités gouvernementales dans les territoires, le général de division Yoav (Poly) Mordechai le 28 août 2017. (Crédit : COGAT).

La date exacte de la cérémonie, qui fera d’Abu Rokon le nouveau chef de la COGAT, n’a pas encore été annoncée, mais le ministère a indiqué qu’elle se tiendrait « après le Jour de l’Indépendance », qui tombe le 18 avril.

C’est techniquement après que le mandat de Mordechai à sa fonction était censé se terminer, mais il a accepté de rester jusqu’à la cérémonie, a indiqué le ministère.

En novembre, le ministre des Communications Kara – le premier ministre druze d’Israël – a annoncé par mégarde la nomination d’Abu Rokon, tweetant « Je suis fier de toi, je t’aime et je te souhaite du succès pour Tsahal et l’Etat d’Israël ».

Le ministre des Communications, Ayoub Kara, arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 11 juin 2017.

Kara, du parti Likud, a plus tard supprimé son tweet, après que le ministère de la Défense a déclaré que le rendez-vous n’avait pas été officiellement approuvé.

Ce n’était pas la première fois que l’utilisation des réseaux sociaux par le ministre lui causait des ennuis.

En février, Kara a déclenché un tollé international quand il a tweeté que le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi avait présenté un plan pour créer un Etat palestinien dans la péninsule du Sinaï dans le cadre d’un accord de paix israélo-palestinien.

Il y a un peu plus d’un an, le vice-ministre Kara révélait dans une vidéo Facebook des informations sur un incident de sécurité qui était alors sous censure militaire totale concernant un citoyen israélien détenu dans un pays arabe pour meurtre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...