Le gouverneur de l’Ohion, John Kasich a signé la loi qui cible le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanction qui agit contre Israël.

Cette loi est destinée à interdire à l’État de signer avec des sociétés qui boycottent Israël, y compris quand ces sociétés sont situées dans des États différents. Les sociétés devront donc explicitement signaler dans les contrats qu’elles ne boycottent pas Israël ni ne désinvestissent dans le pays. Elle a été signée lundi. L’Ohio est le quatorzième État à faire appliquer une telle loi.

L’Arizona, la Californie, le Colorado, la Floride, la Géorgie, l’Illinois, l’Indiana, l’Iowa et la Caroline du Sud ont déjà adopté des lois similaires.

« La signature du gouverneur Kasich permet à l’Ohio de devenir le dernier État en date à s’élever contre la discrimination des origines inhérent au mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions à l’égard d’Israël. C’est également un pas en avant en faveur du libre-échange et de la liberté académique », a affirmé dans un communiqué Howie Beigelman, directeur exécutif des communautés juives d’Ohio, qui représente huit fédérations juives et leurs agences.

« Mais l’Ohio a été plus loin que les autres. Ils ont inclus l’opportunité d’un investissement positif par les trésoriers de l’État et du comté dans certaines relations internationales, et notamment Israël, ce qui permet à notre État de se tenir aux cotés d’Israël de manière significative, afin de créer encore davantage de commerce, de transactions et d’opportunités de recherche.

Le représentant Kirk Schuring pour la région de Canton, dans l’Ohio, et parrain du projet de loi, a déclaré le mois dernier dans un communiqué relayé par The Jewish News que le projet de loi était synonyme d’opportunités économiques pour l’État.

« Les relations entre notre État et Israël génèrent plus de 200 millions de bénéfices économiques pour l’Ohio annuellement. La loi propose davantage d’opportunités pour l’Ohio pour entretenir ses liens étroits avec Israël, tout en dopant notre économie, ici même », a déclaré Schuring.

La Chambre des Représentants de l’Ohio avait approuvé le projet de loi avec 81 voix pour et 13 voix contre, au début du mois de décembre.

Le mois dernier, l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) dans l’Ohio a qualifié ce projet de loi, dans un communiqué d’ « atteinte injustifiée au Premier Amendement qui règlement sévèrement le droit à s’élever ou à prendre des mesures sur des convictions politiques ».