La mort par noyade de centaines de migrants en provenance de Libye qui tentaient de rejoindre l’Italie montre qu’Israël a eu raison de construire une clôture pour empêcher aux migrants de passer, a déclaré lundi un ministre israélien.

Dans un post publié sur sa page Facebook, le ministre des Transports, Yisrael Katz, a qualifié les décès de « tragédie qui choque toute l’humanité ».

Il a ajouté : « Regardez comment était juste la politique du gouvernement de construire une clôture sur la frontière avec l’Egypte qui empêche les travailleurs migrants d’Afrique de s’introduire en Israël. »

Israël a construit en 2012 une clôture sur sa frontière avec l’Egypte et a ajouté des équipements de surveillance sophistiqués pour endiguer l’afflux de migrants en provenance d’Érythrée et du Soudan, qui, à l’époque, se comptaient par centaines certains mois.

Ni le gouvernement israélien, ni le Premier ministre ou le président, n’avaient publié jusqu’à lundi soir de communiqué sur la tragédie maritime de dimanche, dans laquelle une embarcation de migrants a coulé au large des côtes de la Libye, tuant quelque 700 personnes.

Près de 3 200 migrants sont morts de la même façon en 2014, selon le Wall Street Journal, citant des chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations.

Environ 50 000 Africains qui sont entrés en Israël via l’Egypte vivent en Israël, qui est tenu par des traités internationaux de les laisser rester s’ils ont le statut de réfugiés des Nations unies.

Beaucoup sont des migrants économiques à la recherche d’une vie meilleure. Des centaines d’entre eux ont été incarcérés dans un centre de détention, et des milliers d’autres titulaires de visas temporaires vivent dans des régions pauvres d’Israël.