Ken Loach, connu pour être en faveur du boycott contre les artistes israéliens doit recevoir la distinction la plus honorifique lors du Festival du Film International de Berlin.

Les responsables de la communauté juive allemande se sont dits consternés suite à la décision de décerner un Ours d’Or honoraire à Ken Loach, le réalisateur britannique de films tels que « My name is Joe » (1998) et « Bread and Roses » (2000). Il doit recevoir son prix mardi.

« Ken Loach utilise son influence pour encourager le boycott culturel d’Israël, stigmatisant la seule démocratie du Moyen Orient où il existe une totale liberté d’expression. Il est honteux qu’un festival de film allemand si important récompense un producteur qui s’est distingué à travers la bigoterie et en niant le droit d’existence d’Israël, » a déclaré Deidre Berger, du bureau des comités juifs américains à Berlin.

« Il n’est pas possible de juger son travail sur la seule base de l’art alors que lui-même juge le travail des autres en se basant sur leur nationalité. »

Le directeur du festival, Dieter Kosslick a indiqué sur le site Web du festival, qu’il voue une admiration à Ken Loach pour son « profond intérêt pour les peuples et leur sort, ainsi que son engagement critique à la société. »

Selon le magazine en ligne Haolam.de, Ken Loach avait encouragé le boycott du Festival du Film International d’Édimbourg en 2009, après avoir appris que la cinéaste israélienne Tali Shalom Ezer était invitée et que le gouvernement israélien avait subventionné son voyage.

La même année, il a annulé sa venue au Festival du Film International de Melbourne après avoir appris que le gouvernement israélien avait financé le voyage de l’artiste d’animation Tatia Rosenthal.

Lors d’une récente interview donnée au quotidien berlinois Tagesspiegel, M. Loach a été interrogé sur les raisons pour lesquelles il soutenait le boycott d’Israël.

Il a répondu que « Israël se présente comme une démocratie occidentale… et en même temps enfreint des accords internationaux et ne respecte pas la Convention de Genève, vole des terres auxquelles il n’a pas droit, enferme des enfants en prison et ment à la terre entière par rapport à ses armes nucléaires. »

M. Loach a affirmé qu’il soutient le boycott académique et culturel d’Israël car « c’est la seule chose que nous pouvons faire » pour accomplir « ce que ni l’ONU ni Obama n’a réussi à faire, d’amener Israël à rendre ce qu’il décrit comme des territoires occupés. »

Il avait refusé de se rendre au Festival du Film de Téhéran par respect aux opposants du régime en place.

Cette année, la 64ème édition du Festival du Film International de Berlin propose moins de films israéliens que les années précédentes.