Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a atterri vendredi à Charm el-Cheikh en Egypte où il doit assister à une conférence économique de soutien à ce pays et s’entretenir avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le roi Abdallah de Jordanie, a constaté un journaliste de l’AFP.

Kerry doit évoquer avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi notamment la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) et sa progression en Libye, selon le département d’Etat.

Sissi est l’un des principaux chefs d’Etat de la région qui réclame la création d’une force arabe commune pour combattre les djihadistes. Avec Abbas et le roi Abdallah, le chef de la diplomatie américaine doit notamment s’entretenir de la crise financière de l’Autorité palestinienne.

Kerry doit assister, dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, à une conférence économique internationale organisée par Le Caire pour attirer les capitaux et les investissements étrangers après plus de trois ans de chaos économique depuis la révolte populaire qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir.

Cette conférence est perçue surtout comme un moyen pour Sissi, l’ex-chef de l’armée qui a destitué le président islamiste élu Mohamed Morsi en 2013 et réprime dans le sang ses partisans, d’asseoir son pouvoir et d’apparaître comme le fer de lance régional de la lutte contre l’EI.

« Le secrétaire d’Etat va voir le président Abbas et le roi Abdallah de Jordanie (…) Nous continuons d’être préoccupés à propos de l’Autorité palestinienne », a également assuré un responsable du département d’Etat dans l’avion qui emmenait John Kerry vers Charm el-Cheikh, où il a atterri à l’aube, selon un correspondant de l’AFP qui l’accompagne.

Après les trois jours de conférence, le chef de la diplomatie américaine doit s’envoler pour la Suisse, pour la dernière ligne droite des négociations sur le nucléaire iranien avant la date butoir du 31 mars.