Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a vigoureusement défendu Israël devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, rapporte Le Figaro.

Il a exhorté les membres du conseil à arrêter de se focaliser, comme le qualifie les Etats Unis, de façon biaisée et disproportionnée sur l’Etat juif car cela finira par miner la crédibilité du conseil.

Ces remarques surviennent alors que l’administration Obama est accusée de ne plus soutenir aussi vigoureusement Israël. Les critiques se concentrent surtout sur les négociations pour aboutir à un accord nucléaire avec l’Iran.

Alors même que les commentateurs politiques s’attendaient à ce que l’accord avec l’Iran envenime les débats à Washington lundi, Kerry a pris tout le monde à contrepied en réaffirmant l’engagement inébranlable de l’Amérique envers son allié au Moyen-Orient et en appelant le Conseil à avoir une approche plus juste vis-à-vis des questions israéliennes.

Le conseil vise souvent Israël dans ses résolutions et en menant des enquêtes sur les actions israéliennes, notamment militaires contre les membres armés à Gaza. Un nouveau rapport, demandé par le Conseil sur la guerre de Gaza de l’année dernière, devrait être présenté au Conseil au cours du mois de mars.

Lors d’une allocution dénonçant les violations des droits de l’Homme dans des pays comme la Syrie, la Corée du nord et l’Ukraine, Kerry a passé plusieurs minutes à évoquer « le bilan très inquiétant [du Conseil] au sujet d’Israël ».

« Personne dans cette pièce ne peut nier qu’il y a une attention déséquilibrée sur un pays démocratique », a-t-il asséné, en dénonçant le fait qu’aucun autre pays autre qu’Israël ne soit dans l’agenda permanent du Conseil.

« Cela doit être souligné, que l’obsession (du Conseil) envers Israël risque de miner la crédibilité de toute l’organisation ».

Kerry et d’autres responsables américains ont affirmé que l’engagement de l’administration Obama pour défendre Israël est inébranlable.

Dimanche, et encore une fois lundi devant le Conseil, Kerry a attiré l’attention sur le fait que l’administration est intervenue plus d’une centaine de fois au cours de ces deux dernières années pour protéger Israël d’une éventuelle condamnation des Nations unies et d’autres organisations internationales.

« Nous nous opposerons à tout effort d’un groupe ou d’un membre de l’ONU qui tentera arbitrairement et régulièrement à délégitimer ou isoler Israël, a-t-il expliqué.

« Lorsqu’il s’agit des droits de l’Homme, aucun pays ne doit être exempt de tout examen scrupuleux mais aucun pays ne doit faire l’objet de préjugés injustes ou infondés ».

Kerry souligne que le Conseil des Droits de l’Homme devra examiner une résolution proposée par la Syrie qui dénonce les actions israéliennes dans les hauteurs du Golan.

Il explique que cela n’a pas de sens d’étudier une telle résolution alors que des milliers de Syriens fuient le Golan et que de nombreux d’entre eux se rendent en Israël pour se faire soigner.