Le secrétaire d’Etat américain John Kerry doit rencontrer mercredi à Washington des négociateurs palestiniens pour aborder toute une série de contentieux entre les Palestiniens et Israël, a indiqué mardi le département d’Etat.

La porte-parole du ministère Jennifer Psaki a précisé que John Kerry s’entretiendrait entre autres avec Saeb Erekat, le chef des négociateurs palestiniens durant les neuf mois de pourparlers avec Israël entre juillet 2013 et avril dernier.

Ces entretiens de visu, les premiers entre l’Autorité palestinienne et Washington depuis la fin juillet, interviennent au moment où la direction palestinienne veut faire adopter par le Conseil de sécurité de l’ONU une résolution demandant la fin, d’ici trois ans, de l’occupation israélienne des territoires palestiniens.

Outre cette initiative, qui sera probablement tuée dans l’oeuf par les Américains qui y opposeront leur veto, les discussions américano-palestiniennes devraient aussi porter sur le « cessez-le-feu » en place à Gaza entre Israël et le Hamas et « les négociations qui doivent s’en suivre », a ajouté Psaki.

Des pourparlers doivent réunir dans un délai d’un mois les deux camps sur les sujets les plus sensibles comme la libération de prisonniers palestiniens, la réouverture de l’aéroport à Gaza ou la démilitarisation de l’enclave.

John Kerry devait aussi parler mardi par téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Nentayahu, a ajouté Psaki, après que Washington eut demandé lundi à l’Etat hébreu de « revenir » sur sa décision de s’approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie.

Les Etats-Unis ont une opposition de principe à « l’activité continue de colonisation » par Israël en Cisjordanie et à Jérusalem-Est

« Ces mesures sont contraires à l’objectif affiché par Israël de négocier un règlement définitif avec les Palestiniens », a insisté par ailleurs Jennifer Psaki, dans un communiqué.

Depuis l’échec du processus de paix au printemps dernier, les relations entre Washington et son allié israélien ont subi un net refroidissement.

John Kerry n’a toutefois pas abandonné l’idée de relancer les discussions entre Israël et les Palestiniens.