Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry a déclaré vendredi que toute future action militaire israélienne contre le programme nucléaire de l’Iran serait une « énorme erreur ».

Interrogé dans le programme Today de la chaîne NBC pour savoir si l’accord signé entre les puissances mondiales et l’Iran la semaine dernière à Vienne rendrait plus probable qu’Israël tente une attaque, Kerry a déclaré : « Cela serait une énorme erreur avec des conséquences graves pour Israël et la région, et je ne crois pas que cela soit nécessaire ».

Il a ajouté : « L’Iran aurait alors une raison de dire, ‘Eh bien, voilà pourquoi nous avons besoin de la bombe’. Kerry est un fervent défenseur de l’accord sur le nucléaire contre lequel Israël, l’Arabie saoudite et les autres États du Golfe s’opposent.

Il s’exprimait sur l’accord vendredi au Conseil des Relations Etrangères à New York et devait rencontrer les dirigeants du Comité Juif Américain et la de la Conférence des Président des Majeures Organisations juives américaines. Certains groupes juifs, y compris la Conférence des Présidents et la Ligue Anti Diffamation, se sont fortement opposés à l’accord avec l’Iran qui a promis de détruire Israël.

Dans son entretien de NBC vendredi, Kerry a déclaré que l’accord était le meilleur de ce que la Maison Blanche pouvait obtenir avec un pays auquel il ne fait pas confiance.

« Il n’y a aucune confiance, aucune, aucune, aucune. Ce n’est pas basé sur la confiance », a-t-il déclaré dans le programme Today. « C’est important de bien le comprendre. Tout dans l’accord est vérifiable. C’est un processus qui nous permettra de savoir ce qu’ils font ».

« Il y a beaucoup de politique dans tout cela. Plus les gens en apprennent sur cet accord, plus ils comprennent que c’est la seule alternative viable pour être capable de contrôler le programme nucléaire déjà existant de l’Iran. Les gens oublient que lorsque le président Obama est arrivé au pouvoir et quand je suis devenu Secrétaire d’Etat, l’Iran avait déjà des dizaines de milliers de centrifugueuses. Ils disposaient déjà du matériel fissible, assez pour 10 ou 12 bombes ».

« Nous avons réussi à faire reculer le prgramme et à obtenir la possibilité d’avoir des inspecteurs pour visiter les sites suspects afin de savoir ce que l’Iran fait », a déclaré Kerry.

Réagissant à l’argument des opposants de l’accord qu’une meilleure solution aurait pu être trouvée, une solution qui n’aurait pas laissé l’Iran au seuil du nucléaire, comme le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’a expliqué, le secrétaire d’Etat a déclaré, « l’alternative est de ne pas avoir d’inspecteurs, de ne pas savoir ce que fait l’Iran et de revenir où ils en sont aujourd’hui avec la capacité de faire une bombe ».

« Et ensuite, vous allez entendre tout le monde dire, ‘Eh, nous devons aller les bombarder maintenant’ », a-t-il averti.

« C’est du matériel nucléaire, cela émet des radiations… ce n’est pas quelque chose dont on peut se débarasser aux toilettes. Ce n’est pas possible », a-t-il insisté.

Kerry s’est également félicité du soutien de l’accord de l’ancien chef du Shin Bet Ami Ayalon et de l’ancien chef du Mossad Efraim Halevi, qui ont tous les deux déclaré cette semaine que lorsqu’il s’agissait du programme nucléaire iranien, cet accord était la bonne option.

« Le Premier ministre [n’aime par cet accord], je le comprends. Mais il y a beaucoup de gens en Israël qui comprennent que c’est la meilleure façon de procéder afin de faire reculer le programme nucléaire de l’Iran et de mieux protéger Israël », a déclaré Kerry.

Le Congrès a commencé un examen de 60 jours de l’accord qui lèvera les sanctions économiques contre l’Iran s’il réfrène sa capacité de construire une arme nucléaire.

Le vote sur l’accord se tiendra le 17 septembre.