La Food and Drug Administration (FDA) des Etats-Unis a approuvé mercredi le médicament produit par Kite Pharma qui permet de lutter contre un type de lymphome. Ce médicament est basé sur une technologie développée en Israël, grâce à laquelle les propres cellules immunitaires du patient combattent le cancer.

La société biopharmaceutique Kite, dont le siège social est situé à Santa Monica, en Californie, a été acquise par Gilead Sciences Inc. en août pour un montant d’environ 12 milliards de dollars.

Kite a été fondée en 2009 par l’oncologue américano-israélien Arieh Belldegrun, qui a étudié à l’université Hébraïque de Jérusalem et à l’Institut Weizmann pour les Sciences. La technologie pour la thérapie avec des cellules T avec récepteur anti-génique chimérique (Car-T) qui est au cœur du médicament a été développée par l’Institut Weizman pour les Sciences.

Gilead, qui a annoncé l’approbation de la FDA, a déclaré que le prix de vente du médicament, Yescarta, serait de 373 000 $, pour une administration unique du médicament afin de traiter le lymphome diffus à grandes cellules B, un type de lymphome non hodgkinien le plus répandu.

« L’approbation de Yescarta de la FDA est une étape pour les patients atteints de lymphome à grandes cellules B récidivant ou réfractaire », a déclaré Belldegrun.

« Nous devons également reconnaître la capacité de la FDA à adopter et à soutenir les nouvelles technologies transformatrices qui traitent les maladies potentiellement mortelles. Nous croyons que ce n’est que le début pour les thérapies CAR-T. »

Le lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) est le lymphome non hodgkinien (LNH) agressif le plus courant, qui représente trois cas sur cinq. Aux États-Unis, chaque année, environ 7 500 patients atteints d’un LDGCB réfractaire peuvent être traités au CAR-T, a indiqué Gilad dans un communiqué.

Par le passé, les patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B réfractaires bénéficiant des traitements standards, actuellement sur le marché, avaient en moyenne une chance de survie globale d’environ six mois, et seulement 7 % atteignaient une réponse tumorale complète.

Actuellement, les patients avec un lymphome diffus à grandes cellules B qui suivent un traitement de seconde intention [traitement administré pour soigner un cancer lorsque le traitement de première intention, le premier traitement ou le traitement standard, n’est pas efficace ou cesse d’être efficace] ont de mauvais résultats et ont de grands besoins non satisfaits, puisque près de la moitié d’entre eux ne répondent pas ou font une rechutent peu après une greffe.

« Beaucoup de patients ayant reçu un traitement CAR-T avaient déjà rechuté plusieurs fois avec des traitements traditionnels tels que la chimiothérapie ou la greffe de cellules souches hématopoïétiques. Maintenant, grâce à ce nouveau traitement, de nombreux patients sont en rémission depuis des mois », s’est félicité Frederick Locke, co-investigateur et vice-président du département de la greffe de moelle et de sang et d’immunothérapie cellulaire au Moffitt Cancer Center de Tampa, en Floride.

Le médicament de Kite est la deuxième thérapie CAR-T à être approuvée par la FDA. Novartis AG a obtenu l’approbation pour son traitement Kymriah en août. C’était la première approbation de la FDA pour une thérapie cellulaire CAR-T. Le médicament est une thérapie génique pour lutter contre la leucémie lymphoblastique aiguë à cellules B, une forme courante de cancer infantile aux États-Unis. Kymriah est commercialisé au prix de 475 000 $.

On pense que les thérapies CAR-T ont la capacité de révolutionner les traitements contre le cancer du sang et éventuellement d’autres cancers, en proposant des thérapies adaptées à chaque patient au niveau individuel.

« Les thérapies cellulaires issues de l’ingénierie cellulaire comme Yescarta représentent le potentiel d’un changement de paradigme dans les traitements pour les patients atteints de cancer », a déclaré David Chang, directeur médical de Kite.

« Ensemble, Gilead et Kite accélèreront les études de la thérapie CAR-T pour plusieurs cancers du sang et feront progresser d’autres approches de thérapie cellulaire pour les tumeurs solides, dans le but d’aider les patients atteints de divers cancers à bénéficier de cette nouvelle ère. »

« Aujourd’hui marque une autre étape importante dans le développement d’un tout nouveau paradigme scientifique pour le traitement des maladies graves », a déclaré le commissaire de la FDA, Scott Gottlieb.

« En quelques décennies seulement, la thérapie génique est passée d’un concept prometteur à une solution pratique à des formes mortelles et globalement incurables de cancer. »